Diégèse  dimanche 3 novembre 2002


ce travail est commencé depuis 1038 jours et son auteur est en vie depuis 15491 jours (7 x 2213 jours)
2002

ce qui représente 6,7007% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain




La tempête, cette fois, est terminée, on ne la voit plus, on ne l'entend plus, on ne sent plus le vent sous la porte, qui ne claque plus, comme s'il y avait cette colère qui dansait, qui se disait dans le vent, qui apportait des charmes, des sortilèges, autrement plus puissants que les fausses citrouilles déçues, qui regardent passer les gens dans les vitrines. Pourtant Catanzaro est la cité du vent mais l'esprit du pont del Siano l'a enlevé et le serpent mystique ne parle plus des morts. Catanzaro, byzantine terrasse, tu me reposes merveilleuse. On aurait pu entendre des chants sacrés dans l'église tout à l'heure et mêler le désir au sacré comme une sarabande, se mélanger aux figures des mosaïques. La route descendait, marquait un peu l'automne ça et là, et partait vers des villages joliment désolés. Et dans le temps du froid, de la nuit, de la nuit, encore un peu de froid. La mer vers le Lido remue encore et porte les bruits de la Grande Grèce, définitive comme un augure.
 


















2001 2000