Diégèse  jeudi premier avril 2004


ce travail est commencé depuis 1553 jours et son auteur est en vie depuis 16006 jours (2 x 53 x 151 jours)
2004

ce qui représente 9,7026% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




Les Méditations métaphysiques de Descartes
D'une certaine façon, un commentaire (libre) de Descartes
Et bien que peut-être une idée puisse naître d'une autre, il n'y a pourtant pas ici de progrès à l'infini, mais on doit finalement en arriver à une première dont la cause soit comme un original dans lequel est contenue, formellement, toute la réalité qui, dans l'idée, est seulement objective ; si bien que la lumière naturelle me montre en toute transparence que les idées sont en moi comme des sortes d'images, qui peuvent, certes, facilement déchoir de la perfection des choses dont elles ont été tirées, mais non pas contenir quelque chose de plus grand ou de plus parfait. Les idées sont en moi comme des sortes d'images qui depuis longtemps ont déchu de la perfection ou de l'imperfection des choses et qui, même, depuis quelque temps, prennent leur autonomie et vagabondent et je valdingue alors et les idées ne contiennent plus rien que le malaise. Descartes aborde le lexique du bien et du mal, et le terme "déchoir" est à cet égard significatif, mais n'en dit rien. Et pourquoi devrait-il en dire quelque chose alors même que ce n'est pas son sujet, bien que cette méditation, somme toute, soit entièrement consacrée à Dieu et faire la preuve de son existence implacable ?
 














2003 2002 2001 2000