Diégèse  vendredi 10 décembre 2004



ce travail est commencé depuis 1806 jours et son auteur est en vie depuis 16259 jours (71 x 229 jours)
2004

ce qui représente 11,1077% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain




Les Méditations métaphysiques de Descartes
D'une certaine façon, un commentaire (libre) de Descartes
Aussi ai-je cru qu'il pouvait m'appartenir de chercher comment cela se fait et par quelle voie l'on connaît Dieu avec plus de facilité et de certitude que les choses de ce monde. Quant à l'âme, bien que beaucoup aient jugé qu'il n'est pas facile d'en découvrir la nature, et que quelques-uns aient même osé dire que les raisons humaines persuadent qu'elle périt en même temps que le corps, la foi seule faisant soutenir le contraire, toutefois, puisque le Concile de Latran, tenu sous Léon X, en la session 8, les condamne, et qu'il ordonne expressément aux philosophes chrétiens de dissiper leurs arguments et de prouver de toutes leurs forces la vérité, je n'ai pas hésité à aborder aussi cette question. On laissera avec bonheur le concile de Latran pour Vatican 2, on laissera les ressentiments et l'absence de pardon pour une foi souriante, un devoir de sourire dans le monde, de sourire au monde, un devoir de douceur, porter la douceur partout autour de soi, ne pas céder aux faux semblants de ce qui est parfois appelé amour et qui n'est que pulsion ou désir indistinct et non analysé, mal explicité. On ne cherchera plus à dissiper les arguments de ceux qui ne croient pas. Il n'y a plus d'arguments, ni pour croire, ni pour ne pas croire. Le monde se fait insignifiant, il broie et rejette. Toujours davantage, nous nous tournerons vers le Sens et il n'y a d'autre sens que Son amour.
 














2003 2002 2001 2000