Diégèse  mercredi 15 décembre 2004



ce travail est commencé depuis 1811 jours et son auteur est en vie depuis 16264 jours (23 x 19 x 107 jours)
2004

ce qui représente 11,1350% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain




Les Méditations métaphysiques de Descartes
D'une certaine façon, un commentaire (libre) de Descartes
Pourtant, si certaines et si évidentes que je les trouve, je ne me persuade pas pour autant qu'elles sont accommodées à la capacité de tous ; et de même qu'en géométrie il y en a beaucoup dans les écrits d'Archimède, d'Apollonius, de Pappus et d'autres, qui sont aussi tenues par tous pour évidentes et certaines, cela parce qu'elles ne contiennent absolument rien qui, considéré à part, ne soit très facile à connaître, ni rien en quoi les conséquences ne s'accordent exactement avec les antécédents, mais qui toutefois, parce qu'elles sont un peu longues et exigent un lecteur fort attentif, ne sont entendues que par fort peu de gens, de même, quoique j'estime que celles dont je me sers égalent ou même surpassent en certitude et évidence celles de géométrie, je crains toutefois qu'elles ne puissent être bien saisies par beaucoup de gens, d'abord parce qu'elles sont elles aussi un peu longues et qu'elles dépendent les unes des autres, ensuite et principalement parce qu'elles requièrent un esprit entièrement libre de préjugés et qui se soustraie facilement au commerce des sens. Il faudrait donc un esprit libre de préjugés pour saisir les démonstrations cartésiennes. Soit. Mais pourquoi faudrait-il de surcroît que cet esprit se soustraie au commerce des sens ? Pourquoi Descartes utilise-t-il cette expression-là ? "sensuum consortio", en latin... Si je reviens aux démonstrations précédentes, il s'agit seulement de ne pas faire confiance aux sens pour comprendre le monde et à aucun endroit il n'y a de prévention d'ordre moral contre les sens dont nous devrions nous méfier. J'ai cru comprendre que pour Descartes, les sens étaient de mauvais transmetteurs de la réalité du monde et complètement incompétents pour rendre compte de la réalité divine, je n'ai jamais cru lire qu'il fallait s'en défier pour autant car ils étaient porteurs de péchés.
Mais ces démonstrations sont un peu longues, et un peu trop longues, et je tire à la ligne dans un matin d'hiver brumeux. Mon esprit n'est pas entièrement libre de préjugés et je ne me soustrais pas facilement au commerce des sens, je ne connais plus rien de la géométrie mais je témoigne du mystère de Dieu dans l'amour de son fils et son sacrifice.
 









2003 2002 2001 2000