Diégèse  jeudi 16 décembre 2004



ce travail est commencé depuis 1812 jours et son auteur est en vie depuis 16265 jours (5 x 3253 jours)
2004

ce qui représente 11,1405% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain




Les Méditations métaphysiques de Descartes
D'une certaine façon, un commentaire (libre) de Descartes
Et l'on ne trouve certainement pas dans le monde plus de gens aptes aux études de métaphysique qu'à celles de géométrie. Il y a en outre cette différence qu'en géométrie, comme tout le monde est persuadé qu'on n'écrit ordinairement rien dont on n'ait une démonstration certaine, les ignorants pèchent plus souvent en approuvant les choses fausses, quand ils veulent paraître les entendre, qu'en réfutant les choses vraies ; en philosophie au contraire, comme on croit qu'il n'y a rien dont on ne puisse soutenir le pour et le contre, peu de gens sont en quête de vérité, et il en est beaucoup qui cherchent, en osant s'attaquer à tout ce qu'il y a de plus solide, à passer pour intelligents. La réfutation est un exercice amusant, quoi qu'il en soit et de tous temps, les philosophes s'y sont essayé et on pourrait même penser que les théologiens ont inventé le concept d'hérésie juste pour s'y amuser aussi. Car en quoi celui qui ne croit pas, ou encore celui qui croit différemment de moi, me dérange ? Aucunement. Il ne me dérangerait que si je m'accordais une mission de prêche et d'évangélisation ou si, comme Descartes, je me donnais au militantisme en faveur d'un Dieu qui serait purement raisonnable. C'est curieux comme j'ai le sentiment qu'avec sa démonstration de l'existence de Dieu, Descartes ouvre la voie à tous les positivismes. C'est presque le sens de son épître en forme de dénégation.
 













2003 2002 2001 2000