Diégèse  vendredi 17 décembre 2004



ce travail est commencé depuis 1813 jours et son auteur est en vie depuis 16266 jours (2 x 3 x 2711 jours)
2004

ce qui représente 11,1459% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain




Les Méditations métaphysiques de Descartes
D'une certaine façon, un commentaire (libre) de Descartes
C'est pourquoi, quelle que puisse être la force de mes raisons, parce que néanmoins, elles relèvent de la philosophie, je n'espère pas faire avec elles quelque chose qui en vaille la peine si vous ne m'aidez pas de votre appui. Si grande est l'estime où est tenue dans tous les esprits de votre Faculté, si grande l'autorité du nom de Sorbonne, que non seulement dans les choses de la foi on n'a jamais accordé autant de crédit à aucune Société après les Sacrés Conciles, mais encore, quand il s'agit de l'humaine philosophie, on ne reconnaît nulle part plus de clairvoyance et de solidité, plus d'intégrité et de sagesse pour porter un jugement. L'appel de Descartes à la Sorbonne est pour moi très étonnant car il détruit en un seul acte toutes les démonstrations de l'ouvrage qui précède. Cet appel reconnaît en effet que la compréhension de ses démonstrations peut s'appuyer sur autre chose que la force de la raison mais sur quelque croyance en une réputation de "clairvoyance et de solidité" qui relève du champ social, pour le collectif, et, pour l'individuel, du sentiment. J'ai le sentiment que cette démonstration est juste parce qu'elle est soutenue par des gens qui ont la réputation d'être les plus savants. Descartes, après s'être précédemment approché de l'inconscient sans avoir osé l'inventer découvre les bases d'une théorie de l'énonciation.
 













2003 2002 2001 2000