Diégèse  mardi 24 février 2004


ce travail est commencé depuis 1516 jours et son auteur est en vie depuis 15969 jours (3 x 3523 jours)
2004

ce qui représente 9,4934% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




Les Méditations métaphysiques de Descartes
D'une certaine façon, un commentaire (libre) de Descartes
Mais il y avait une autre chose que j'affirmais, et même que j'estimais percevoir clairement à cause de l'habitude que j'avais de la croire, et que cependant, en réalité, je ne percevais pas ; c'était qu'il y avait de certaines choses hors de moi, desquelles ces idées procédaient et auxquelles elles étaient entièrement semblables. Et en cela, ou bien je me trompais, ou du moins, si mon jugement était vrai, cela n'arrivait pas par la vertu de ma perception. Qu'est-ce qui me fait penser ? Quel est le moteur de cette pensée là, qui se veut unique sans cependant pouvoir aucunement le prouver ? Et quand la pensée vacille, se perd, se plonge dans le sommeil et laisse le rêve la conduire, quand elle se laisse submerger par l'émotion et l'humeur, qui suis-je alors ? Quelle est donc la vertu de ma perception sinon l'erreur sans cesse renouvelée ? Mais non, c'est la capacité de nommer et cette capacité là est bien divine. Nommer est ce qu'il y a de Dieu en moi.
 














2003 2002 2001 2000