Diégèse  vendredi 16 janvier 2004


ce travail est commencé depuis 1477 jours et son auteur est en vie depuis 15930 jours (2 x 33 x 5 x 59 jours)
2004

ce qui représente 9,2718% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




Les Méditations métaphysiques de Descartes
D'une certaine façon, un commentaire (libre) de Descartes
Ce qui se présentait en outre, c'est que je me nourrissais, marchais, sentais et pensais, actions que je rapportais sans doute à une âme, ou bien je ne m'y arrêtais pas, ou bien j'imaginais un minuscule je ne sais quoi, sur le modèle d'un vent, d'un feu ou de l'éther, qui aurait été répandu dans les parties les plus grossières de mon être. Quant au corps, loin d'en douter, j'estimais en connaître distinctement la nature, et si d'aventure j'avais tenté de la décrire telle que mentalement je la concevais, voici comment je l'aurais explicitée : par corps, j'entends tout ce qui est susceptible d'être borné par une figure, d'être circonscrit en un lieu et de remplir un espace de telle sorte qu'il en exclue tout autre corps, d'être perçu par le toucher, par la vue, par l'ouïe, par le goût ou par l'odorat, et aussi d'être mû de plusieurs façons, non certes par soi-même, mais par quelque chose d'autre par quoi il est touché. Dans le jeu de mah-jong, kaza, c'est le vent. Il y a quelque part un restaurant qui porte son nom. Si je me concentre maintenant vraiment, je crois que je pourrai savoir où il se trouve. Mais maintenant, juste là maintenant, le lieu du restaurant Kaza m'échappe.
Le texte m'échappe aussi.
Je ne peux pas aujourd'hui réfléchir à l'ouïe ni à l'odorat, ni encore moins à l'âme. À quelle âme ? Je ne sens rien. Quand je ne veux rien sentir, mon corps confondant sentir et ressentir, mon nez se bouche. Le nez bouché, le goût entamé par le rhume, la respiration encore sifflante d'une fausse bronchite, le corps qui s'endolorit, je vais. Je ne pense pas. Je prends quelques images avec un faux appareil photographique camouflé dans un téléphone camouflé en ordinateur.
Je ne sais pas vraiment ce que j'écris, ce que je vis et Descartes ne me dit rien du trouble.
 












2003 2002 2001 2000