Diégèse  vendredi 9 juillet 2004


ce travail est commencé depuis 1652 jours et son auteur est en vie depuis 16105 jours (5 x 3221 jours)
2004

ce qui représente 10,2577% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




Les Méditations métaphysiques de Descartes
D'une certaine façon, un commentaire (libre) de Descartes
Enfin je ne dois pas non plus me plaindre que Dieu concoure avec moi à former ces actes de la volonté, c'est-à-dire ces jugements, dans lesquels je me trompe : ces actes sont en effet, en tant qu'ils dépendent de Dieu, absolument vrais et absolument bons, et, en moi, il y a en quelque façon une plus grande perfection à pouvoir les former que si je ne le pouvais pas. De toutes façon, je ne dois pas me plaindre de Dieu car ce serait se plaindre de l'amour de Dieu et et ce serait une grande vanité. Que je me trompe ou que je ne me trompe pas n'a strictement aucune importance, de sorte qu'il n'y a bien que le péché contre l'esprit, le péché contre l'amour, qui soit véritable péché. Pleurer n'est pas un péché. Douter non plus. Mais le désespoir ?
 

















2003 2002 2001 2000