Diégèse  jeudi 20 mai 2004


ce travail est commencé depuis 1602 jours et son auteur est en vie depuis 16055 jours (5 x 132 x 19 jours)
2004

ce qui représente 9,9782% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




Les Méditations métaphysiques de Descartes
D'une certaine façon, un commentaire (libre) de Descartes
Enfin, pour ce qui touche les parents, à supposer que soit vrai tout ce que j'en ai jamais cru, ce n'est pourtant pas eux, assurément, qui me conservent ni même qui n'ont été d'aucune façon la cause efficiente de moi en tant que je suis une chose qui pense ; ils ont seulement mis de certaines dispositions dans cette matière en laquelle j'ai jugé que moi, c'est-à-dire l'esprit, que seul à présent je prends pour moi-même, je me trouve ; par conséquent il ne peut y avoir ici à leur égard aucune difficulté, et il faut conclure sans réserve que, de cela seul que j'existe et qu'il y a en moi une certaine idée d'un être tout parfait, c'est-à-dire de Dieu, il est très évidemment démontré que Dieu aussi existe. Les parents ne sont pas responsables de mon esprit comme ils ne sont pas responsables de l'idée de Dieu qui est en moi. Je me prends à rêver aux parents de Descartes sans savoir aucunement qui il étaient et s'ils étaient encore en vie quand Descartes écrivait Les Méditations. Papa Descartes et maman Descartes connaissaient-ils le latin du petit René, qui leur donnait bien des satisfactions même si c'était un enfant têtu et par trop solitaire. Connaissait-on à Descartes des jeux d'enfants et de petits camarades ? Car l'idée de Dieu aurait tout aussi bien pu naître en lui des perfections d'un petit camarade de jeu... Mais de cela non plus je ne sais rien et n'en saurai jamais rien et cela m'indiffère.
 












2003 2002 2001 2000