Diégèse  mardi 19 octobre 2004



ce travail est commencé depuis 1754 jours et son auteur est en vie depuis 16207 jours (19 x 853 jours) 2004

ce qui représente 10,8225% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




Les Méditations métaphysiques de Descartes
D'une certaine façon, un commentaire (libre) de Descartes
Pour ce qui est de toutes les autres choses qui sont ou bien seulement particulières, par exemple que le soleil soit de telle grandeur ou de telle figure, etc., ou bien moins clairement connues par l'entendement, comme la lumière, le son, la douleur et choses semblables, encore qu'elles soient douteuses et incertaines, toutefois, le fait même que Dieu n'est pas trompeur, et que pour cette raison il n'est pas possible qu'il se trouve de la fausseté dans mes opinions sans qu'il y ait aussi en moi quelque faculté accordée par Dieu pour la corriger, me montre et m'assure l'espoir d'atteindre en ce domaine aussi la vérité. Mais Dieu peut aussi préserver le mystère, et ce mystère, ce n'est pas tromper l'homme car le mystère peut aussi libérer l'homme de sa volonté névrotique de comprendre, toujours davantage, tous les recoins de la matière, alors que le mystère ne propose à l'homme que de se laisser aimer et de savoir se laisser aimer et le bonheur douloureux de se savoir aimé. Mais Dieu n'est pas trompeur dans son amour. Si l'homme connaît le mystère, l'âme, la ténuité d'une sensation de joie ou de douleur, s'il connaît la dureté et la souplesse de la matière vivante, tout cela, s'il le connaît, qu'il parte sur les routes pour clamer que tout cela n'est rien.
 











2003 2002 2001 2000