Diégèse  mercredi 27 octobre 2004



ce travail est commencé depuis 1762 jours et son auteur est en vie depuis 16215 jours (3 x 5 x 23 x 47 jours) 2004

ce qui représente 10,8665% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




Les Méditations métaphysiques de Descartes
D'une certaine façon, un commentaire (libre) de Descartes
Et en vérité, de ce que je sens une grande variété de couleurs, de sons, d'odeurs, de saveurs, de la chaleur, de la dureté et choses semblables, je conclus à juste titre qu'il y a dans les corps d'où proviennent ces diverses perceptions sensibles des diversités qui leur correspondent, même si peut-être elles ne leur sont pas semblables ; et de ce que certaines de ces perceptions me sont agréables, d'autres désagréables, je tire la certitude entière que mon corps, ou plutôt moi-même tout entier en tant que je suis composé de corps et d'esprit, peut être affecté diversement en bien ou en mal par les corps qui l'environnent. C'est tellement facile... La chaleur, la dureté... Je peux être affecté diversement par les corps qui m'environnent mais de ces corps, Descartes ne dit rien. Sont-ils eux aussi des choses pensantes ou des machineries subtiles propres à dispenser de la chaleur ou de la froideur, des sensations agréables ou désagréables. Et si je pense à ces sensations juste plus avant, je sais bien qu'il n'est pas si aisé de déterminer ce qui est agréable ou désagréable. Gratter un eczéma, est-ce agréable ou désagréable ? Et je ne donnerai par pudeur que cet exemple-là. Ainsi Descartes, après dix mois de travaux, reconnaît qu'il y a d'autres corps mais continue de les ignorer. Presque.
 











2003 2002 2001 2000