Diégèse  dimanche 31 octobre 2004



ce travail est commencé depuis 1766 jours et son auteur est en vie depuis 16219 jours (72 x 331 jours) 2004

ce qui représente 10,8885% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




Les Méditations métaphysiques de Descartes
D'une certaine façon, un commentaire (libre) de Descartes
De fait, je prends ici la nature de manière plus restreinte que pour désigner l'assemblage de tout ce que Dieu m'a attribué ; cet assemblage contient en effet bien des choses qui appartiennent au seul esprit, comme ma perception que ce qui a été fait ne peut pas n'avoir pas été fait, et toutes les autres notions connues par lumière naturelle, dont je ne parle pas ici ; bien des choses aussi qui concernent le seul corps, comme sa propriété de tendre vers le bas et choses semblables, dont je ne traite pas non plus ; je parle seulement de ce que Dieu m'a attribué en tant que composé d'esprit et de corps. Ce qui a été fait ne peut pas ne pas avoir été fait. Je prends souvent cette phrase comme exemple pour refuser la virtualité des remords et des regrets, dans les moments les plus infimes et intimes de la vie mais aussi dans les instants les plus graves, ceux qui touchent à la maladie et à la mort. Et puis, aussi, comme tous les hommes sur terre, j'oublie et je me prends à penser virtuellement que ce qui est pourrait ne pas être, par pensée magique, par souhait enfantin ou par simple refus obstiné de la réalité. Je crois que seule la prière, la prière qui ne demande rien, qui dit je crois et qui demande pardon peut me faire échapper à ces palinodies.
 













2003 2002 2001 2000