Diégèse  mercredi 27 juillet 2005


ce travail est commencé depuis 2035 jours et son auteur est en vie depuis 16488 jours (23 x 32 x 229 jours)
2005

ce qui représente 12,3423% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




Le fil de dépêches de l'AFP a deux rubriques jumelles, "société" et "aujourd'hui". La lecture des dépêches de ces fils de dépêches, la lecture distraite, la lecture attentive, la lecture amusée, la lecture agacée, toute la lecture, ne dit rien d'autre cependant, ne dit jamais rien d'autre que : ce sont des faits divers. Les faits divers ne disent souvent rien sur aujourd'hui, rien sur la société mais tout sur ce qui alimente les rubriques des faits divers dans les différents journaux. L'AFP pourrait rassembler ces deux fils de dépêches en un seul qu'elle pourrait intituler : opinion commune.

Ainsi, aujourd'hui l'AFP se moque de façon à peine masquée, à peine voilée, se moque presque, se moque presque déontologiquement, de cet artiste qui se plaint qu'une de ses œuvres ait été volée. Il s'agissait d'une bouteille d'eau contenant de l'eau dégelée de l'Antarctique, œuvre nommée "Arme de destruction massive". On croyait l'affaire réglée depuis Marcel Duchamp.

Mention : l'ironie est renforcée par la mauvaise traduction de la dépêche originale, en anglais.


La bouteille d'eau emportée par un visiteur était une œuvre d'art
AFP 26.07.05 | 19h51 

Elle ressemblait à une simple bouteille d'eau, et pourtant c'est une œuvre d'art, intitulée "Arme de Destruction Massive", qui a été dérobée pendant un festival du Devon (sud de l'Angleterre), probablement par un visiteur assoiffé.

L'œuvre, une bouteille en plastique remplie de deux litres d'eau dégelée de l'Antarctique, était estimée par son auteur Wayne Hill à 42.500 livres (63.432 euros). Elle prétendait illustrer les dangers du réchauffement climatique.

"Arme de Destruction Massive ressemblait à une bouteille d'eau ordinaire", a admis l'artiste, "mais elle était posée sur un socle, étiquetée, répertoriée et inscrite au programme du festival". "C'était très clair que c'était une œuvre d'art", a-t-il affirmé.

L'artiste, né aux États-Unis et résidant en Grande-Bretagne, a avoué ne pouvoir dire si un visiteur l'avait bue ou non. 

"Personne ne sait ce qui lui est advenu. Elle était là et puis elle a disparu. C'est une œuvre d'art forte et j'aimerais bien la retrouver. Elle était attendue dans d'autres expositions cette année, elle tournait et s'était déjà forgée une petite réputation", a-t-il regretté.






2004 2003 2002 2001 2000