Diégèse  mardi 11 octobre 2005



ce travail est commencé depuis 2111 jours et son auteur est en vie depuis 16564 jours (22 x 41 x 101 jours)
2005

ce qui représente 12,7445% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte
demain




Il faut bien s'y coller. Il faut bien. Ça énerve. Ça agace. Ça ne devrait pas énerver, ni même agacer, puisque c'est normal, puisque c'est attendu, puisque c'est logique, puisque l'on devait bien s'y attendre, puisque c'est l'époque.
On pouvait gagner hier une soirée à l'Opéra avec Madame Chirac. On pouvait gagner ça par charité.
On pouvait gagner aussi une visite privée au Château de Versailles. On pouvait gagner ça pour charité.
On pouvait donc gagner, pour une soirée, pour une après-midi, le droit de faire semblant de côtoyer le pouvoir, donc le droit de faire semblant d'avoir du pouvoir, car ce qui est proposé là, ce qui est vendu là, ce n'est ni le château de Versailles ni l'Opéra, mais bien la proximité du pouvoir.


Mais ça ne va pas loin, mais ça ne pisse pas loin.


Je propose, je suggère que l'on mette aux enchères, au profit de n'importe quelle cause, et surtout des causes les plus urgentes, des causes les plus justes :
un piston du couple présidentiel (le Président lui-même téléphonera à votre supérieur hiérarchique) ;
une traversée de Paris dans une voiture avec chauffeur et gyrophare ;
une interview au journal de vingt heures ;
une interview au journal de treize heures (lot de consolation) ;
une invitation à la Garden Party de l'Élysée ;
toutes les invitations à la Garden Party de l'Élysée ;
On fera le compte, on refera bien le compte la nuit du 4 août prochain...
On pourrait aussi mettre aux enchères le droit, le simple droit de ne plus entendre parler de cette pauvreté, de ne plus entendre parler de toute cette misère, les médias.






2004 2003 2002 2001 2000