Diégèse  vendredi 11 août 2006


ce travail est commencé depuis 2415 jours et son auteur est en vie depuis 16868 jours (22 x 4617 jours)
2006

ce qui représente 14,3171% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Alors ils peuvent quitter la mer, ils peuvent quitter le bord de la mer, les plages, les ports, les phares, et ils peuvent quitter aussi le bruit de la mer, le bruit incessant de la mer et la littérature, la mauvaise littérature, la littérature. Ils peuvent retourner vers le vide, vers plus de vide, vers encore plus de vide, encore. Gustav : il n'y a pas d'obsession, il n'y a pas d'obsession ici. Il y a la vie. Il n'y a que la vie, la vie qui échappe à la littérature, toujours à la littérature, la vie, la vie infiniment calme, de ce calme qui irrite les paupières, qui les alourdit, qui les rend soudain si pesantes comme dans l'enfance, comme dans le temps des vacances de l'enfance, quand il n'y avait rien à faire, quand il n'y avait jamais rien à faire.

Noëmie : Gustav tente un passage autobiographique.

Ce serait quoi le talent ? Ce serait différent de la persévérance. Ce serait bien différent de tout cela. Ce serait ailleurs, ce ne serait pas dans la littérature et certainement pas, certainement jamais dans la littérature. Cela n'existerait pas.
 











2005 2004 2003 2002 2001 2000




Et puis rien, les vacances. Montagne et vallée. Tout de go. La vie infiniment calme irrite les paupières. Et toi qui me parles. Le centre magique de ces mystères annoncés.