Diégèse  dimanche 13 août 2006


ce travail est commencé depuis 2417 jours et son auteur est en vie depuis 16870 jours (2 x 5 x 8 x 241 jours)
2006

ce qui représente 14,3272% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain

Séquence 32

avant le texte
le texteaprès le texte
Il faut commencer une nouvelle séquence, une séquence qui parle de saisons, qui parle de pluie, qui parle de l'imagination. C'est une séquence de vacances, une séquence qui sera écrite pendant des vacances, pendant les vacances de l'auteur, ce qui suppose des conditions d'écriture différentes, des temps d'écriture différents. Ce sont aussi d'autres séquences de vacances qui reviennent à la mémoire. Il y a plusieurs mois. Il ne se passe rien. On dirait qu'il ne se passe rien. On dirait qu'il ne peut pas se passer quelque chose, que c'est impossible. Des mois déjà, il ne se passe rien. Noëmie : vous attendez que l'hiver revienne. Vous attendez que l'hiver soit revenu pour qu'il se passe quelque chose ? Après tout, vous êtes les personnages. Je suis didascalienne. Je ne suis pas protagoniste de votre tragédie.

Mathieu : tu vois bien qu'il se passe quelque chose puisque grâce à toi nous savons désormais que c'est l'été. Nous savons désormais que c'est une tragédie. Nous pouvons légitimement supposer que la fin ne sera pas tranquille, ne sera pas heureuse. Ce sera une fin de tragédie. Ce sera une fin tragique.

Gustav : il n'y a pas de fin. Il n'y a pas de fin tragique. Après tout, je paye pour cela.

Je ne sais pas bien ce qui empêche les personnages d'avancer et ce qui par là-même empêche le texte d'avancer. Je sais pourtant bien pourquoi. Les personnages ont le temps. Les personnages pensent qu'ils ont le temps. Ils pensent qu'ils ont bien le temps de faire avancer l'histoire, de se livrer au texte, de se livrer à la pratique du texte. Ils pensent qu'ils ne sont pas prêts de terminer.
 





2005 2004 2003 2002 2001 2000




Prendre la main sur l'ensemble de la production de textes et d'images. On a la liberté d'imaginer un cheval avec ailes ou sans ailes. Comme une fête. La nuit encore, la nuit sans ombre, la nuit rouille. Je crois me rappeler un peu de pluie. L'hiver sera revenu.