Diégèse  samedi 19 août 2006


ce travail est commencé depuis 2423 jours et son auteur est en vie depuis 16876 jours (22 x 4219 jours)
2006

ce qui représente 14,3577% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Une séquence qui aborde un peu, un peu seulement, la possibilité de l'irruption de la violence, des coups, de la plainte pour coups et blessures, cette séquence devrait se terminer peut-être brutalement, avec détermination. C'est aujourd'hui que la séquence se termine. Rien dans les matériels proposés aujourd'hui n'indique la violence, n'incite à la violence et j'ai scrupuleusement écarté ce qui pouvait indiquer la mort, ce qui pouvait inciter à penser à la mort.

Alors il ne reste rien que de très ténu.
Gustav : nous pourrions rire tous les trois. Nous pourrions bien davantage encore, nous pourrions faire bien davantage, ressentir, vivre, et nous pourrions réciter tous les verbes. Il suffirait d'un peu d'amour, un peu plus d'amour, encore un peu d'amour.

Noëmie : ce n'est pas contractuel.


Mathieu : ce n'est pas dans le contrat.


Gustav : et si je vous frappais et je vous frapperais par amour, ce serait dans le contrat. Nous ferions un avenant. On peut dès lors faire un avenant qui indique que nous nous aimons, que nous devons parvenir à nous aimer.
Il ne reste déjà rien de cette séquence qui ne se termine pas et qui ne termine rien, qui ne finit rien et qui ne donne pas d'indication sur ce que pourrait être le texte qui l'utiliserait ou qui en utiliserait une partie. Mais c'est peut-être une séquence perdue, une séquence entièrement perdue qui restera là, dans le non texte, dans le non texte, non écrit et non lu, dans cet endroit de pure grammaire, qui est pourtant un endroit de pur texte, d'un texte qui tend vers l'absolu du texte.





2005 2004 2003 2002 2001 2000




Ce mot est déjà pris. C'est seulement ce que je perçois clairement et distinctement qui me persuade pleinement. Faire un mobile. Leur empilement désœuvré. Car ce sont bien les mêmes obsessions. Les lumières allumées dessinaient des ombres douces.