Diégèse  jeudi 24 août 2006


ce travail est commencé depuis 2428 jours et son auteur est en vie depuis 16881 jours (3 x 17 x 331 jours)
2006

ce qui représente 14,3830% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Avant même de rechercher les matériels des années précédentes, écrire que je m'inquiète de la fatigue de Gustav. Il est pourtant décidé, il est pourtant inscrit que Gustav est le personnage principal, est le véritable personnage principal et peut-on imaginer, peut-on accepter que ce personnage principal soit fatigué de l'intrigue, de l'absence d'intrigue dans laquelle le place la fiction, une fiction sans ressort ?

On peut l'imaginer et on peut même l'accepter.
Mathieu : c'est fatigant mais nous ne sommes pas coupables. Nous ne sommes coupables de rien. Nous sommes juste immobilisés, immobilisés dans une impossibilité qui dure. Tu nous as convoqués pour jouer un rôle pendant toute une année et tu ne savais pas que la fiction était désormais impossible pour ce en quoi elle suppose que l'on croie encore à l'immortalité des personnages or nous avons la certitude d'être mortels.

Gustav : c'est fatigant.
Gustav est un personnage en creux, est le personnage principal, mais en creux. Il a convoqué deux protagonistes pour retrouver un sens qui s'échappait. Cette convocation est un trouble de l'existence, est comme un trouble de l'existence. Gustav ne sait pas s'il existe vraiment et il ne peut donc convaincre un spectateur éventuel qu'il existe vraiment comme personnage. Il ne peut souscrire au pacte fictionnel ni faire que l'on y souscrive.
 








2005 2004 2003 2002 2001 2000




Les loisirs organisés comme une émission de télévision. La certitude d'être mortel. Les câbles des tramways. L'innocence, chasseur de primes. Coupable de rien, immobilisé dans l'impossibilité. Tu as mis des lunettes très noires et le soleil s'est obscurci.