Diégèse  vendredi 25 août 2006


ce travail est commencé depuis 2429 jours et son auteur est en vie depuis 16882 jours (2 x 23 x 367 jours)
2006

ce qui représente 14,3881% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
C'est la fin de la séquence, c'est presque la fin de la séquence et les personnages ne sont ni plus vieux ni moins vieux. De leur âge, on ne dira rien, puisque de leur âge ne dépend pas, mais ne dépend pas du tout la consistance de la fiction dans laquelle ils n'entrent pas, la fiction qu'ils ne parviennent même pas à construire, qu'ils ne parviennent même pas à constituer. De leur âge et singulièrement de la vieillesse et du rapport de la vieillesse avec la littérature, on saura juste qu'il convient d'exclure la métaphore, de définitivement exclure la métaphore, odieuse, ce qui est déjà, d'une certaine façon, une conclusion. Gustav : oui, nous sommes des personnages mortels. Non pas des personnages qui meurent dans la fiction de leur rôle, des personnages à qui leur rôle impose la mort, la rend inéluctable puisque c'est leur rôle. Non, nous sommes des personnages qui meurent, qui meurent vraiment, non pas de vieillesse, non pas de meurtre, non pas de maladie mais d'absence, de manque, d'absence de fiction et de manque de fiction. Nous ne sommes pas des personnages mourant. Nous sommes des personnages à mourir. Il ne va pas être aisé cependant, pour l'auteur, il ne va pas être facile cependant, pour l'auteur, de maintenir dans le texte ces personnages qui le refusent, qui refusent de constituer le texte et qui, ruse, astuce, ou désespoir final, décident de mourir plutôt que de se maintenir dans la fiction d'une fiction fictive qui ne commence pas.
 









2005 2004 2003 2002 2001 2000




Dire avec insistance la vérité insistante. Des opinions instables et muables. Cycle des éclipses totales. Le calme se donne, se prend, s'amenuise dans le sommeil. Tu donneras à rire, encore. Une femme pas très maquillée qui a fait un jour du cinéma.