Diégèse  jeudi 31 août 2006


ce travail est commencé depuis 2435 jours et son auteur est en vie depuis 16888 jours (22 x 2111 jours)
2006

ce qui représente 14,4185% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Descartes cède la place, cède sa place à l'automne, à l'automne qui est une fiction, qui est aussi une fiction puisque ça n'existe pas l'automne, puisque ça ne peut pas exister et il ne s'agirait pas d'ignorer cette règle de vérité

Les personnages sont seuls. Les personnages sont seuls et fatigués. Les personnages ne voyagent pas, ne voyagent pas vraiment, ne voyagent jamais vraiment. Les personnages sont seuls et fatigués et il ne s'agirait pas d'ignorer cette règle de vérité.

Gustav : mais la transparence n'existe pas. Rien n'est jamais transparent. Tout est composite. Transparent, ce serait pur, ce serait la pureté et la pureté est fiction et la fiction n'existe pas.

Mathieu : il ne s'agirait pas d'ignorer cette règle de vérité.

Noëmie : je me demande si cela va durer encore, si cela va durer encore longtemps.

Mathieu : je ne me sens pas seul, pourtant. Je ne me sens pas si seul.

Noëmie : ça peut commencer demain.

Je crois que l'on a bien compris que rien n'existe, que les personnages sont mourants, fixes, fixés, attachés, entravés et qu'il n'y a pas de vérité, de réalité ni de fiction et qu'il n'y a pas de vide non plus et qu'il n'y a pas d'absence et qu'il n'y a pas de solitude... Il n'y a donc rien d'autre que cet autre dérobé. Est-ce que cela va durer encore longtemps ?

Mais ça peut commencer demain.

 





2005 2004 2003 2002 2001 2000




Dans ce composite, ce qui domine, c'est la fiction, toujours. Ignorant cette règle de vérité. Une destination aérienne et désespérée. Je suis si fatigué quand je ne voyage pas. C'est soudain ce sentiment de solitude qui danse aussi. La vie d'automne qui commence demain.