Diégèse  mercredi 19 avril 2006


ce travail est commencé depuis 2301 jours et son auteur est en vie depuis 16754 jours (2 x 8377 jours)
2006

ce qui représente 13,7340% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Les personnages ne prennent jamais de vacances. Je sais qu'ils ont fait semblant de partir à Venise. Je me souviens de cela. Je me souviens que c'était comme des vacances. Les personnages ne prennent jamais de vacances. Cela fait longtemps que les personnages n'ont pas pris de vacances. Il ne peuvent pas retourner à Venise. Ils peuvent aller à Alexandrie. Ils peuvent aller à Mysore. Pourquoi ne vont-ils nulle part alors qu'ils peuvent aller partout ? Ils ne vont nulle part car l'agitation est partout. Mathieu : nous allons partir en voyage. Gustav doit se souvenir. Rappelle-toi Noëmie que nous avons promis et que nous avons même signé. Nous avons promis de reconstruire des souvenirs, de construire de nouveaux souvenirs. Nous avons promis et nous avons même signé. Les voyages accélèrent les souvenirs.

Noëmie : nous avons déjà essayé.


Gustav : j'ai déjà essayé les voyages.


Mathieu : nous allons partir en voyage. Nous allons aller dans un endroit inconnu que nous ne nommerons pas. Nous allons partir quelques jours. Un jour peut-être, seulement un jour. Nous allons partir.
Et si les personnages partent, que faire
Il s'agira de faire autre chose
Il est impossible, cela serait trop onéreux, trop compliqué, d'embarquer, d'emmener, avec les personnages ceux, celles et ceux, qui les suivent, qui les accompagnent. 

Les personnages vont partir et nous allons faire autre chose.
 





2005 2004 2003 2002 2001 2000




Ne pas dire, ne jamais dire, ensemble, dans les mêmes lieux. Et ainsi, d'après ce qui a été dit auparavant, il faut conclure que Dieu nécessairement existe. Une diégèse qui ne respecte pas les fantasmes de la chronologie. Tu avais tant rêvé de voir Mysore qu'il fallait que je te raconte. Ces mots qui dansent avec nous et qui nous abandonnent pour aller vers des pleurs. Me demandant parfois pourquoi j'avais accepté de participer à une agitation aussi vaine.