Diégèse  samedi 22 avril 2006


ce travail est commencé depuis 2304 jours et son auteur est en vie depuis 16757 jours (13 x 1289 jours)
2006

ce qui représente 13,7495% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Ils vont partir ou pas ? Ils vont partir ou ne pas partir ? Notre cohabitation commence à peser. Je sens bien que je ne suis pas vraiment invité dans ce texte, dans cette situation de texte et que les personnages qui ont désormais un nom et une activité, les personnages, voudraient que je les laisse tranquilles, que je les laisse faire et ils voudraient aussi sans doute échapper au texte, à la nécessité du texte et donc à la nécessité de la diégèse. 
Alors il vont peut-être partir. Mais avant qu'ils partent, je dois les prendre en tête à tête, en face à face. Mais, à la fois, je ne peux pas les prendre en tête à tête, en face à face. Il n'y a pas de face à face entre un texte et son auteur. Il n'y a pas de face à face entre les personnages et leur auteur, cet auteur à leur service, à leur botte, dans sa propre diégèse qu'il nomme sa vie.
Gustav : c'est un film.

Mathieu : c'est infini, nous sommes partis.

Gustav : c'est une pièce de théâtre.

Mathieu : c'est infini, nous sommes partis.

Gustav : vous entendez la musique ?

Noëmie : Mathieu et Noëmie lèvent un peu la tête comme on lève la tête pour entendre une musique encore lointaine.

Gustav : vous entendez la musique ?

Mathieu : c'est infini.

Puisque c'est infini et que les personnages sont partis, il y a demain, qui est encore infini puisque c'est demain et qui passera insensiblement de cet infini au fini, demain qui sera fini et infini. Puis il y aura après demain, qui, de la même façon, sera infini et fini. Et ces lendemains font la vie, infinie et finie. Où et comment se fait le passage ?

Le passage se fait quelque part entre le mot demain et le mot lendemain. Le passage se fait dans chaque diégèse, dans chaque diégèse personnelle, unique et universelle, le passage se fait dans chaque récit, dans chaque phrase, dans chaque mot prononcé, articulé.

 





2005 2004 2003 2002 2001 2000




Nécessairement, toujours, la vie résiste à la communication. Inviter les autres à ses doutes et à ses désirs. La cause des petits traumatismes. Et le temps passe, malgré les promenades vides. Qui sont mes propres kamikazes ? J'ai pensé à nous.