Diégèse  mercredi 26 avril 2006


ce travail est commencé depuis 2308 jours et son auteur est en vie depuis 16761 jours (3 x 37 x 151 jours)
2006

ce qui représente 13,7701% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Encore un jour, encore une fois, encore un matin d'oubli. Si je ne regarde pas, si je ne vais pas regarder ce qu'on fait les personnages, ce qu'ils n'ont pas fait, ce qu'ils ont dit, je ne sais pas, j'ai oublié
Qu'est-ce que je me rappelle ?
Je ne me rappelle rien. Je n'ai pas le temps de me rappeler.
(Gustav) Nous avons un problème. Nous avons un problème. Je le répète. Le simple fait de nous avoir réunis, de nous réunir, de nous présenter ensemble, nous ensemble, et le simple fait que l'on parle, le seul fait que l'on se parle et c'est déjà un drame, cela appelle le drame. Car il faudrait qu'il y ait une raison à notre réunion. Il faudrait bien que notre rencontre et que notre dialogue et que ces situations aillent vers le drame, pour que cela ait un sens, pour que cela donne sens à notre rencontre, à notre réunion. Mais qui saurait ce qui se passe ? Qui pourrait faire que je cesse de me désoler ? Qu'est-ce qui  pourrait faire que cela s'arrête et que cet arrêt même puisse prendre sens ? Je trouve cela drôle, je ne trouve pas cela drôle. Ce qui ne serait pas drôle, ce serait que commence, ce serait que soit mis en évidence un processus de rapprochement, de rapprochement sinon d'identification avec un des personnages, et ce serait Gustav. Mais quel serait le sens de l'identification ? Est-ce que ce serait l'auteur qui s'identifierait au personnage ou l'inverse ? Car il y a le moment où le personnage fatigué, qui peine à se créer, qui peine à prendre sens chaque jour, par facilité, par facilité compréhensible, se rapproche de l'auteur, se met sous sa protection, se dit que l'auteur aura bien suffisamment de personnalité pour en donner un peu aux personnages. C'est une erreur. L'auteur ne pourra rien assumer.
 




2005 2004 2003 2002 2001 2000




Ami, entends-tu ? Que je cesse de me désoler. Les vieux rythmes. Des pictogrammes ocres. Faut-il aimer ces impressions de solitude ? Je ne sais pas ce que j'ai fait de toi.