Diégèse  samedi 9 décembre 2006



ce travail est commencé depuis 2535 jours et son auteur est en vie depuis 16988 jours (22 x 31 x 137 jours)
2006

ce qui représente 14,9223% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texte après le texte
Ça ne rigole pas. C'est le dernier jour et demain commence l'avant pénultième séquence. Est-ce possible de laisser encore les personnages suspendus ainsi entre fiction et fiction, entre scène et scène, entre texte et texte ? Je ne vais cependant pas donner au texte le ridicule d'imaginer une chute, d'imaginer une fin, d'imaginer quoi que ce soit qui pourrait laisser penser qu'il s'agit d'un de ces textes enfermés dans de l'édition, enfermés dans du papier. Il ne faudrait pas laisser imaginer tout cela, rien de cela. Noëmie : mais il y aurait plus simple. Il y aurait un voyage. Il y aurait des caresses. Il y aurait des rires. Il y aurait des levers de soleil et des couchers de soleil. Il y aurait des clapotis de l'eau dans la lagune. Ce seraient des images convenues, des images de répétition, des images répétées. Ce serait comme cela. Nous n'aurions aucun problème. Nous ne chercherions aucune originalité. Nous nous appliquerions à être des visiteurs conformes, des touristes conformes. Nous serions appliqués. Personne n'écrirait pour nous. Personne n'écrirait sur nous. Personne ne nous prendrait en photo, personne d'autre que nous. Et puis le téléphone sonnerait. Ce serait aussi une tragédie. Le texte ne dit pas vraiment ce qu'il veut faire des personnages. Le texte ne dit pas vraiment ce qu'il veut faire de l'auteur. Je ne dis pas vraiment ce que je veux faire de l'auteur. Je ne veux pas vraiment dire ce que l'auteur veut faire du texte. Ce n'est en fait pas très important.
 










2005 2004 2003 2002 2001 2000




Couvre feu. Ils sont inexcusables. Déjà fini. La pierre se transforme doucement en sable. On s'éteindra dans le silence. C'est l'année du vent.