Diégèse  mardi 12 décembre 2006



ce travail est commencé depuis 2538 jours et son auteur est en vie depuis 16991 jours (13 x 1307 jours)
2006

ce qui représente 14,9373% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Est-ce que je pense que les personnages peuvent encore m'étonner ? Est-ce que je pense que les personnages sont encore là, encore vraiment là, encore dans le texte donc encore à venir ?

Et pourtant je les aime encore, ces personnages et les aimant encore ils sont encore en devenir.
J'aurais aimé qu'ils sortent, qu'ils sortent sous la pluie.

Et puis un jour, les choses basculent.
Gustav : c'est peut-être que le désir ne peut pas être enfermé. C'est peut-être que le désir ne peut pas s'enfermer. C'est peut-être qu'il lui faut le vent, qu'il lui faut la pluie, qu'il lui faut des paysages.

Noëmie : et pourtant nous avons essayé et je pourrais reprendre nos phrases et nos propres mots, et je pourrais reprendre ces situations et je pourrais retourner à Venise. Je pourrais être vénitienne.
Avec la fin annoncée vient aussi la nostalgie, revient la nostalgie, comme s'il ne pouvait y avoir de fin à un texte que romantique, comme si la fin du texte ne pouvait être que dans une pose romantique. Mais les personnages resteront non finis. Je souhaite que les personnages ne se finissent pas.
 




2005 2004 2003 2002 2001 2000




Et puis un jour, les choses basculent. J'ai cru qu'il était de mon devoir de tenter quelque chose sur ce sujet. L'inquiétude. Le paysage va s'endormir mouillé. L'immobilité de ton amour. Je ne m'attends plus à rien.