Diégèse  jeudi 14 décembre 2006



ce travail est commencé depuis 2540 jours et son auteur est en vie depuis 16993 jours (16993 = nombre premier)
2006

ce qui représente 14,9473% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Noëmie est toujours à Venise et le ciel est toujours bleu. Elle n'a rien à craindre de cette vie de Venise, de cette vie de Venise qui ne tente rien. Et la vie de Noëmie comme le rôle de Noëmie ne tentent rien. Il n'y a rien qui se passe, il n'y a rien qui passe et pourtant ce n'est pas négatif, et pourtant ce n'est jamais négatif. Gustav : Noëmie a raison. Noëmie a toujours raison. elle était à Venise. Elle était bien à Venise. Elle est toujours à Venise. C'est une voix de Venise. C'est un point de vue de Venise.
Mathieu : ce serait métaphorique. Ce n'est pas possible. Ce serait nostalgique. Ce n'est pas possible. Ce serait littéraire et sentimental. Ce n'est pas possible.
Noëmie : je suis toujours à Venise.
Noëmie a raison. C'est bien en insistant, que Venise, que sa présence textuelle à Venise, peut quitter le champ de la nostalgie, le champ de la métaphore et celui du sentimental. Cette voix de Venise, de Venise par insistance, est seulement celle de Noëmie qui dit qu'elle est à Venise.
 









2005 2004 2003 2002 2001 2000




Encore un peu de courage. Parler ici de mes raisons. Ton bras. Le ciel sera bleu demain, il n'y a rien à craindre. Un désir de froid comme on n'en fait plus. Il faudrait que l'on me force.