Diégèse  dimanche 24 décembre 2006



ce travail est commencé depuis 2550 jours et son auteur est en vie depuis 17003 jours (72 x 347 jours)
2006

ce qui représente 14,9974% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Est-ce que les personnages vont faire une cérémonie des adieux ? Est-ce qu'ils vont se dire adieu ? Que vont-ils pouvoir se dire alors que chaque jour est plus près du dernier jour ? Mais c'est toujours comme cela. C'est toujours comme cela, même le premier jour.
Car si tout est aléatoire, et même le texte, et surtout le texte, ce qui n'est pas aléatoire, c'est la fin du texte.
Noëmie : il est temps de commencer à ranger nos affaires.
Mathieu : nous n'avons pas d'affaires.
Noëmie : nous avons ces phrases, nous avons toutes ces phrases que nous avons prononcées, en hiver, en automne, au printemps, en été et puis encore en hiver.
Gustav : on peut choisir les phrases que nous voulons garder et puis choisir les phrases que nous voulons jeter comme on le fait avec des vêtements quand on déménage.
Mathieu : la comparaison avec les vêtements est inutile. Tu peux déjà jeter cela. Tu n'es pas obligé de garder ce qui t'encombre dès que c'est prononcé, dès que ça vient d'être prononcé. 
Gustav : et si je ne gardais que mes vêtements ?
Noëmie : et aucun mot ?
Il n'est pas certain que je vais garder les mots des personnages, que je vais découper leurs mots pour faire un texte, pour plier leurs mots dans un texte, pour faire un texte qui pourrait être lu, qui pourrait être publié et même être lu. Et si je ne gardais de ce travail que le dispositif ? C'est le dispositif qui vaut dans ce travail, pas telle ou telle phrase plus ou moins bien jouée.
 






2005 2004 2003 2002 2001 2000




Il est temps de rêver. L'idée d'une chose plus parfaite que moi. Rien. Il va bientôt geler. Un peu de l'aléatoire de la vie. Le temps où ce n'est plus possible.