Diégèse  mercredi 8 février 2006


ce travail est commencé depuis 2231 jours et son auteur est en vie depuis 16684 jours (22 x 43 x 97 jours)
2006

ce qui représente 13,3721% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
A. pourrait demander à B. si B. existait avant lui et je connais la réponse, non pas la réponse de B., mais ma réponse. A. existait bien avant B. Et ce n'est pas seulement parce que le texte a commencé par lui. Non, il y a eu A., il y a eu le personnage qui se nomme A., qui se nomme encore A. Pour B., ce n'est pas seulement parce qu'il apparaît en second dans le texte, mais parce que pour lui, pour le personnage qui se nomme B., qui se nomme encore B., il y a eu comme un hésitation, une légère hésitation. B. aurait pu être une femme, jeune, plutôt jeune mais qui aurait aussi pu être vieille. B. aurait pu être un enfant, une fille, ou un garçon. Mais plutôt une femme, mais plutôt une jeune femme, enfin pas une femme âgée. Pour A. il n'y a eu aucune hésitation, il n'y a aucune hésitation. A. est un homme, pas un homme âgé, mais pas un jeune homme. Mais B. aussi est un homme. Mais il n'existait pas avant A. B. Pourquoi ?

A. Pourquoi Venise ou pourquoi perdu ?


B. Pourquoi Venise, Stanislas, pourquoi Venise ?


A. Il fallait sortir et je n'aime pas la campagne. Il fallait sortir et je n'aime pas les villes. Il fallait sortir et je savais déjà que ce ne serait qu'un décor, que tout ne serait qu'un décor. Il fallait sortir et il fallait aussi que le décor soit assez décoratif pour laisser le champ libre. Alors Venise.


B. Stanislas ?


A. Stanislas ?


B. Stanislas.


A. Il n'est jamais venu. Il n'est jamais allé à Venise. Je me demande si Stanislas existait avant moi, s'il existait vraiment avant moi, si je peux compter sur son existence. Mais pas à Venise. Ça ne compte pas, ça ne compte pas vraiment, à Venise.


B. Thomas ? Julien ? 


A. Ils sont allés à Venise, ensemble et séparément. Ils n'en gardent cependant aucun souvenir.
C'est un jour A. C'est le jour de A. C'est son jour. J'ai cru un instant qu'il allait donner une explication et il donne une explication, il accepte, il répond à des questions, il demande même à ce que la question lui soit explicitée, mais ses explications relancent le récit. Une explication, même ténue, dans un dialogue, dans l'esquisse d'une conversation, plante un décor et plante aussi une chronologie, dessine des relations, dessine tout un passé de relations et des vecteurs de volonté et de possibilité, des vecteurs de hasard qui, textualisés, sont toujours, sont tout de suite frappés par la fatalité du texte, le texte qui n'écrit jamais autre chose que ce qui a été écrit.




2005 2004 2003 2002 2001 2000




Tous les jours, presque, la terre tremble. Existais-tu avant moi ? Sans cesse et sans espoir. Travailler tous les jours en regardant la campagne, avec patience. Jusqu'à l'infini des mots. Les pas perdus.