Diégèse  mercredi 15 février 2006


ce travail est commencé depuis 2238 jours et son auteur est en vie depuis 16691 jours (16691 = nombre premier)
2006

ce qui représente 13,4084% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texte après le texte
Je ne sais pas vraiment ce qui se défile quand le texte se défile et je ne sais pas ce qui résiste quand le texte résiste. C'est peut-être le même point, le même point de résistance, qui est à la fois point de résistance et point d'équilibre. Ce qui est point de résistance, ce sont les deux personnages et ils sont aussi le point d'équilibre. Ce sont eux qui tiennent le texte, qui le soutiennent et qui le font. Monsieur Pinter avait prévenu que les personnages ne sont pas faciles à vivre, qu'ils sont impossibles à définir. A. et B. ne sont pas si difficiles à vivre et je n'essaye pas de les définir mais ils ont une tendance, ils ont une sale tendance à ne faire que ce qu'ils souhaitent, ce qu'ils veulent, ce qui leur passe par la tête. Je pourrai bientôt voir leur visage. Je pourrai bientôt les voir et je ne sais pourtant pas si je vais les reconnaître. B. Alors, ce serait quelle ville ?

A. Ce serait la même ville, avec les mêmes gens. Ce serait n'importe quelle même ville avec n'importe quels mêmes gens. Cette ville. Cette autre ville. Ici.


B. Et ce serait quelle ville ? 


A. Ce serait une ville avec des hommes doux et une ville avec des femmes moins douces que les hommes doux. Ce seraient d'autres façons de marcher dans les rues, ce seraient d'autres regards vers d'autres regards et le plissé des sourires dans le regard qui répondrait au plissé des sourires dans le regard.


B. Ce ne serait pas ici.


A. Ce serait ici.


B. Ici.


A. Ce ne serait pas vraiment ici mais ce serait la même ville.


B. Et qu'est-ce que je ferais ?


A. Tu ferais autre chose.
Pourquoi faudrait-il que les femmes de la ville douce - appelons-la ainsi - soient moins douces que les hommes doux ? Il s'agit d'une intuition. Une ville où hommes et femmes rivaliseraient de douceur serait une ville mièvre. Mais je n'ai pourtant jamais vraiment réussi à détester l'adjectif mièvre. Je n'ai jamais vraiment réussi à considérer que mièvre était un défaut. Mièvrerie est vraiment péjoratif, est un mot vraiment péjoratif, mais pas mièvre, qui évoque par quelque association de sons, un chemin en Auvergne, des myrtilles et des digitales. 

Mais quelle serait cette ville où les hommes seraient plus doux que les femmes ? Carthage ? Didon était-elle plus douce que Énée ? Quelques villages de Tunisie près de Djerba la douce ?
Ce serait ici. 
Je vais dire comme A. C'est peut-être ici.





2005 2004 2003 2002 2001 2000




Un cœur ajouré et qui laisse passer le jour. Et me voici enfin tout naturellement revenu où je voulais. Rien qui vaille vraiment la peine. Je m'énerve. Le même héros et de nouveaux personnages. Le texte se défile.