Diégèse  lundi 2 janvier 2006


ce travail est commencé depuis 2194 jours et son auteur est en vie depuis 16647 jours (3 x 31 x 179 jours)
2006

ce qui représente 13,1796% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
D'abord retrancher, d'abord effacer, effacer la mémoire pour reprendre la mémoire ensuite. L'écriture du texte ne se fait pas par ajout, mais bien par retranchement d'images vues, de lignes lues. Ainsi, la voix du personnage doit-elle d'abord s'éloigner de voix entendues. Ou alors, prendre cette voix, cette voix de doubleur de séries télévisées étrangères, américaines, le plus souvent américaines. 
Le personnage vient par "Les veines du cou qui rattrapent les rides", sans doute parce que le désir demeure "Quelque chose de certain et qui reste hors de doute". Mais cette brève échappée du désir se heurte au silence, qui seul semble pouvoir marquer cette "exacte émotion", l'exacte émotion du désir.
La lumière bleutée d'un téléviseur s'éteint lentement, modifiant les traits d'un visage d'homme à mesure que la lumière décroît. La lumière revient vive, déformant soudain le visage. À un moment, il n'y a que les veines du cou qui sont visibles. Je commence un texte ou je commence une image ? Je commence un texte et je commence une image. Je commence un texte et je commence des images. C'est un texte. Ce sont des images.





2005 2004 2003 2002 2001 2000




Il faudra alors reprendre la mémoire. "Quelque chose de certain et qui reste hors de doute"... Le désir ? Les veines du cou qui rattrapent les rides. Je n'ai pas vraiment de contrat pour cette déambulation. Exacte émotion. Après la tempête, les promeneurs demeurent silencieux.