Diégèse  mardi 3 janvier 2006


ce travail est commencé depuis 2195 jours et son auteur est en vie depuis 16648 jours (23 x 2081 jours)
2006

ce qui représente 13,1848% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Et construire une image, comme construire un texte, c'est d'abord retirer, enlever, retrancher ce qui s'impose dans l'image, d'emblée, comme dramatique. Ainsi les images de diégèse 2005, à une ou deux exceptions, ne sont pas dramatiques. Elles ne veulent pas fixer le temps, elles ne donnent pas l'heure.
Pour les mots, il en va de même. "Je ne vois plus que mon amour et ma douleur" est une phrase qui charrie trop d'images, une phrase qui donne l'heure et qui peut alors fonctionner comme un cadavre exquis : Enfoui dans le manque de sommeil, je ne vois plus que mon amour et ma douleur. Alors je ne fais rien
La phrase politique, la phrase de mystique politique fonctionne à l'identique : et si je doute de Dieu, je suis face à l'absence désormais totale de révolution. Alors je ne fais rien.
"Leur corps marque toutes les tempêtes" annonce d'autres personnages qui sont cependant les mêmes personnages, des personnages qui ne font rien, qui viennent de l'enfouissement dans le sommeil, personnages d'emblée englués dans le drame et qui demeurent alors dans l'enfouissement du sommeil.
Que me reste-t-il de moi ?
L'homme porte sa main jusqu'aux veines de son cou. Il porte vraiment sa main, dans un effort de concentration, dans un effort. La main ne retombe pas. Elle caresse les veines du cou. La lumière bleutée capte le reflet, capte parfois le reflet d'un anneau à l'un des doigts de la main. L'anneau ne fait rien que capter la lumière et ne fait rien que la rejeter. C'est la difficulté, c'est une autre difficulté. Faire venir un personnage sans faire venir à sa suite, sans invitation, des spectateurs. Je n'ai pas besoin maintenant de spectateurs. Mais si l'anneau ne fait rien que capter la lumière et ne fait rien que la rejeter, il la rejette vers qui, il rejette la lumière vers qui ?
Je dois, je dois peut-être, je dois sans doute, me placer de l'autre côté de l'image, d'un autre côté de l'image.
 




2005 2004 2003 2002 2001 2000




L'absence désormais totale d'espoir de révolution. Et si je doute de Dieu, que me reste-t-il de moi ? Leur corps marque toutes les tempêtes. Alors je ne fais rien. Enfoui dans le manque de sommeil. Je ne vois plus que mon amour et ma douleur.