Diégèse  jeudi 19 janvier 2006


ce travail est commencé depuis 2211 jours et son auteur est en vie depuis 16664 jours (23 x 2083 jours)
2006

ce qui représente 13,2681% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
A. et B. prennent un prénom, choisissent un prénom, se choisissent un prénom. A. s'appellera, pour le moment, pour l'instant, peut-être provisoirement, s'appellera Julien. B. s'appellera Thomas. Ainsi, A. et B. deviennent Julien et Thomas et ces prénoms, comme tous les prénoms, transportent les personnages, les emmènent, les éclairent, leur donnent un visage, leur donnent tout cela car les prénoms leur donnent surtout l'idée qu'un jour quelqu'un a pour eux choisi des prénoms et que c'était peut-être même un acte d'amour.
Que s'est il passé ? Que s'est-il passé entre Julien et Thomas ? Qui veut donner un souvenir à qui ? Qui a donné un souvenir à qui ? C'est Thomas qui veut donner un souvenir. C'est Julien qui ne veut pas d'un souvenir soldé. Est-ce qu'il est plus facile de parler quand on a un prénom ?
A : Je ne me souviens pas.

B : Je me souviens.


A : Je ne me souviens pas.


B : Mais je me souviens.


A : Mais...


B : On joue ?


A : Tu t'appelles Thomas.


B : Tu t'appelles Julien.


A : Tu vois, c'est facile. C'est un jeu facile de faire croire que l'on existe, de faire croire que l'on est vivant, que l'on est un sac à souvenirs, un gros sac à souvenirs, des souvenirs que l'on peut partager, que l'on peut distribuer, en fermant un peu les yeux pour mieux se souvenir, pour mieux se rappeler, de bons souvenirs, de vrais souvenirs, des souvenirs amoureux. C'est facile. C'est très facile.


B : C'est facile. 


A :  Alors on ne joue pas ?


B : Si, on joue.
Ce n'est pas facile. Ce n'est pas si facile de prendre un prénom, de porter un prénom. Julien. Thomas. Soit. Puisque ce sont les prénoms qui ont été choisis pour eux. Mais est-ce que cela ne les dévoile pas trop ? Est-ce qu'ils vont rester ? Est-ce qu'ils vont partir avec leur prénom ? Pourquoi resteraient-ils ? Ils peuvent connaître le monde désormais. Je pourrai toujours leur retirer leur prénom, comme une punition, ou comme une mesure de sauvegarde, une mesure de protection, comme un bracelet électronique, comme une camisole, une camisole textuelle. Je pourrai aussi ne garder que les initiales : J. et T. ou Jl. et Th. Je pourrai faire comme je veux. Je pourrai faire comme je veux puisque je ne joue pas, puisque je ne joue plus, puisque ce sont des personnages et que ce ne sont pas des enfants.
 

Cependant, l'irruption des prénoms dans le texte fait se rétracter le texte, à l'évidence rétracte la conversation, retarde le souvenir de Thomas, retarde l'aveu de Thomas.





2005 2004 2003 2002 2001 2000




Le veau d'or mord. J'entends sans effort particulier. Comprendre ? Fantasme de la scène primitive. Créer, de façon artificielle, des scènes parfaites. Faire revenir une image instantanée. Je me souviens de n'avoir pu te distinguer dans la foule.