Diégèse  mardi 13 juin 2006


ce travail est commencé depuis 2356 jours et son auteur est en vie depuis 16809 jours (3 x 13 x 431 jours)
2006

ce qui représente 14,0163% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Elle pourrait parler d'elle. Noëmie pourrait parler d'elle, d'elle-même, elle pourrait parler de Noëmie qui ne serait pas que didascalienne, qui aurait une mémoire, une enfance, des amours, des sentiments, une histoire. Noëmie serait un personnage qui aurait une histoire, une histoire personnelle, un secret que les deux personnages masculins ne connaîtraient pas. Mais Noëmie ne dira sans doute rien de tout cela et elle n'est peut-être pas un personnage à histoire, un personnage avec des histoires. Et puis j'ai tellement peu de pouvoir sur les personnages, et tellement peu de pouvoir, en vérité, et particulièrement, sur Noëmie. (Noëmie) Je n'ai pas toujours été didascalienne. Vous ne me connaissez pas, vous ne me connaissez pas encore beaucoup, pas encore vraiment. Vous ne me connaissez pas. Je n'ai pas toujours été didascalienne. Autrefois, avant, avant ici, avant ce travail sur cette scène avec Gustav, pour Gustav, pour Gustav et avec Mathieu, je n'étais pas didascalienne. C'est Gustav, vous l'avez compris, qui a inventé ce métier, ce travail, cette fonction auprès de lui. Mais je peine à donner le sens, je peine à lui donner le sens. Il n'y a pas d'histoire, il ne veut pas d'histoire, il n'insiste pas pour produire une histoire et je ne peux pas donner le sens sans histoire. Alors je ne fais rien. J'imagine des collines douces et mes didascalies ne sont que des commentaires. Noëmie se plaint. Elle s'ennuie, elle doit s'ennuyer et je ne sais pas pourquoi elle a accepté ce travail, pour éviter quelle galère, pour éviter quelle absence. Mais elle est peut-être amoureuse. Noëmie est peut-être amoureuse, amoureuse de Gustav, amoureuse de Mathieu. Noëmie est peut-être didascalienne par amour. Mais il n'y a pas d'histoire et son amour serait alors comme ses didascalies, sans espoir, sans espoir de donner le sens là où l'absence de sens est la règle, est la règle définie et ce qui définit la règle.
 








2005 2004 2003 2002 2001 2000




A feu et à sang, les médias. Ma seule imperfection suffirait à détruire sa perfection divine. Avec elle, le désastre. Le travail comme palliatif à la déchéance. Le corps qui se dérobe. Ton corps n'emplit jamais le vide de l'espace de la danse.