Diégèse  samedi 24 juin 2006


ce travail est commencé depuis 2367 jours et son auteur est en vie depuis 16820 jours (22 x 5 x 292 jours)
2006

ce qui représente 14,0725% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texte
après le texte
Il n'y a plus de tergiversation possible. Il s'agit bien du dernier jour du monologue de Mathieu. Il s'est plu à élaborer un monologue crescendo, avec des chutes, avec des provocations et tout à la fois des explications. Des trois monologues, c'est bien le monologue le plus biographique, le plus autobiographique, et je peux mieux imaginer Mathieu, son allure, sa coiffure, ses poses, le ton de sa voix, son phrasé, sa lassitude. Car Mathieu est un personnage las. Car Mathieu est un personnage angoissé. Mais je ne dois pas essayer d'imaginer l'avenir de Mathieu. Je crois distinguer l'avenir et l'avenir se cache. (Mathieu) On m'a souvent interrogé sur la liberté. Je n'ai jamais pu répondre. Je ne répondrai pas. Je trouve les propos sur la liberté, la plupart des propos sur la liberté, d'une grande indigence, d'une profonde indigence. Il serait plus libre que moi, l'ami consenti, l'ami librement consenti. L'amitié est par essence le contraire de la liberté et ne parle-t-on pas de liens d'amitié ? Quant aux souffrances de l'amour, elles ne seront pas évoquées. On m'a souvent interrogé sur l'intimité. Je ne répondrai pas. L'intimité est photographiée, glacée, vendue, achetée, marchandisée. Je vends de l'intimité contractualisée. C'est un secret de fabrique, un secret professionnel. J'ai une intimité brevetée. On m'a souvent interrogé sur le cynisme. Je répondrai. Le cynisme est gratuit. Moi, je fais payer. 

C'est ainsi que j'ai transformé la dialectique politique marchande en argumentaire commercial. C'est ainsi que je suis devenu un personnage et c'est ainsi que je parle, que j'existe, que j'existe pour vous, comme vous existez sans exister pour moi.

Bon. Il a terminé son monologue. Mathieu a terminé son monologue et il avait raison. Il a le sens du rythme. Il a l'habitude du rythme. Il sait combien doivent durer les monologues. Il connaît la quantité de monologue que l'on peut absorber, que l'on peut absorber en une seule fois, en une seule prise. Il connaît cela et c'est sans doute pourquoi il me pressait d'en finir, c'est sans doute pourquoi il voulait en finir plus vite avec ce monologue, avec cette séance, avec cette séquence. 

Mais le protocole est plus fort que la convenance. Mais le protocole est plus contraignant que la réception des monologues. Il s'agissait d'une semaine. Il aura duré une semaine. Et c'est ainsi que j'existe sans que vous existiez pour moi. Et c'est ainsi que j'existe sans subir la tyrannie de votre existence.





2005 2004 2003 2002 2001 2000




Et l'on croit distinguer l'avenir, et l'avenir se cache. Et ainsi, tout en étant pleinement libre, je pourrais pourtant ne jamais être indifférent. Une absence. Tu ne viens pas, alors je reprends la photographie. Les lignes fatiguées de mon angoisse. Une rencontre nocturne dense comme l'absence d'étoiles.