Diégèse  jeudi 11 mai 2006


ce travail est commencé depuis 2323 jours et son auteur est en vie depuis 16776 jours (23 x 32 x 233 jours)
2006

ce qui représente 13,8472% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Je crois bien me souvenir que Noëmie cherchait hier le trouble et qu'elle voulait pleurer sur le devant de la scène, qu'elle voulait pleurer "en face". Le matériel proposé aujourd'hui aiguille vers l'absence, vers la perte, la fuite, l'éclipse et cela pour des raisons amoureuses, et cela pour un peu d'amour en plus ou en moins et l'inouï d'une rencontre. Alors, et si c'était encore cela, et si c'était juste cela qui pouvait se passer, l'amour ? Alors je me trouble, alors je suis troublée, alors je suis vraiment troublée, entièrement, de tout mon être et c'est ce trouble, celui-là, qui va faire que moi, ce moi qui suis à présent, je serai encore un peu après. L'amour.

Mathieu : Les Méditations métaphysiques.


Noëmie : presque. Si c'était Descartes, si c'était René Descartes, si c'était une citation, ce serait : C'est pourquoi je dois maintenant m'interroger sur moi-même, pour savoir si j'ai quelque force par laquelle je puisse faire que moi, ce moi, moi qui suis à présent, je sois encore un peu après... 


Mathieu : et Descartes ne parle pas d'amour et Descartes ne parle pas de l'amour.


Noëmie : et tu ne parles pas d'amour et tu ne parles pas de l'amour. Ce n'est pas dans ton contrat


Mathieu : Ai-je été assez clair ?


Noëmie : je ne sais pas. Je sais seulement que j'ai oublié de dire, que j'ai oublié de préciser que tu étais là, que tu étais entré, que tu étais sur la scène, que tu m'écoutais avec attention. Je suis mauvaise didascalienne. Je suis une didascalienne amoureuse.
Et cela ne me trouble pas, et je ne trouve pas cela troublant, cette irruption de l'amour dans un texte, dans ces textes, dans ces mots. Ainsi, c'était cela qui devait se passer ? Ainsi, c'était juste cela ? Ainsi c'était l'amour. Il faudrait sans doute que je trouve cela intéressant. Il faudrait sans doute que cela me trouble. Mais cela me trouble moins que le bruit du marteau piqueur dans la rue.
Et de quelle rue s'agit-il ?

Et de quel marteau piqueur ?




2005 2004 2003 2002 2001 2000




Demain, toujours demain. Si j'ai quelque force par laquelle je puisse faire que moi, ce moi, moi qui suis à présent, je sois encore un peu après. Je ferai donc une chose toute naturelle. Je connais bien cette absence qui détache la mémoire. Je regarde un peu sur la gauche la rue qui bleuit sous tes paroles. La marche des jours brisée par ta présence inouïe.