Diégèse  samedi 27 mai 2006


ce travail est commencé depuis 2339 jours et son auteur est en vie depuis 16792 jours (23 x 2099 jours)
2006

ce qui représente 13,9293% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Gustav a décidé de dire quelque chose et de ne pas rester douillettement dans le texte. Cela peut sembler une posture paradoxale pour un personnage qui doit d'abord rester dans le texte, au creux du texte, qui ne peut pas détruire son texte au risque de se détruire lui même. 
Les matériaux donnent aujourd'hui du souvenir et de la disparition comme chaque jour ou presque et aussi la vague réminiscence d'une danse et avec cette danse toutes les danses. On peut comprendre que les personnages aient envie de sortir du texte, de ce texte.
Mathieu : nous avons avec nous tous les événements passés et nous avons avec nous tous les événements à venir. Je me rappelle. Je me rappelle des villes. Je me rappelle des refus dans des villes. Je me rappelle avoir dit oui et je me rappelle avoir dit non. Je me rappelle que parfois ce que je lisais dans les journaux me donnait raison et que parfois ce que je lisais dans les journaux me donnait tort. Je pouvais même imaginer des choses inimaginables. Je peux même imaginer des choses inimaginables. Je me rappelle très bien.

Noëmie : je me rappelle aussi. Je me rappelle le soir dans les villes et je me rappelle aussi avoir dit oui parfois, avoir dit non parfois. Je me rappelle l'indigence des soirs dans les villes et quelques danses alanguies.


Gustav : j'avais tort. Je me rappelle que j'avais tort. Nous allons rester dans le texte, collés au texte. C'est encore le seul moyen de ne pas disparaître, de ne pas disparaître entièrement. Not to vanish.
Je ne me rappelle plus. Je ne me rappelle plus très bien. Je ne me rappelle plus très bien comme dans cette chanson qui dit que la mémoire flanche, comme ce personnage d'une chanson qui a la mémoire qui flanche, qui ne se souvient plus très bien...
Je ne me rappelle plus le souvenir, ce qu'est vraiment le souvenir et quel est son rôle, sa fonction, sa fonction dans la fiction, sa fonction dans la diégèse
Et cela n'a aucune importance puisque l'écriture ne prépare jamais autre chose qu'une disparition, que la disparition même du souvenir.




2005 2004 2003 2002 2001 2000




Dans l'ostracisme définitif d'avoir eu tort sur l'avenir. J'imagine des choses inimaginables. Au nord d'une ligne. Le soir cache la ville, nous dissimule enfin. Nous pourrions encore danser sur ces airs de langueur. Cette écriture ne prépare autre chose que ma disparition.