Diégèse  mercredi 31 mai 2006


ce travail est commencé depuis 2343 jours et son auteur est en vie depuis 16796 jours (22 x 13 x 17 x 19 jours)
2006

ce qui représente 13,9497% de la vie de l'auteur

hier   L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Ce qui vient, ce sont les paysages de la plaine de France le matin de l'éclipse de 2003, l'éclipse partielle de soleil de l'aube 2003 qui m'avait conduit à Béthisy Saint-Pierre. Et le soleil était vers l'Orient et la forêt avait des allures orientales. Mais ce serait refaire la route d'une promenade impossible.
Est-ce que les personnages vont revenir ? Est-ce qu'ils sont encore là ? Je ne peux pas laisser en boucle des images documentaires, des images pauvres documentaires.
Ce qui vient, ce sont les rues de la banlieue de Lisbonne. Mais les personnages ne sont pas à Lisbonne. Et puis Babylone, parce que ça rime.
C'est une promenade désormais impossible.
Istanbul.
Damas.
Jérusalem.
C'est une promenade désormais impossible.
C'est une promenade que l'on ne peut pas faire.
C'est une promenade que l'on ne peut plus faire.
C'est une promenade que l'on ne pourra plus faire.
Il n'y a plus d'Orient. Il n'y a plus la poussière de mémoire de l'Orient. Il n'y a plus cette poussière orientale pour nous, pour nos yeux, pour nos mémoires.
Regardez, les images continuent. Les villes orientales continuent pourtant. Les images sont là. Et une silhouette apparaît. Regardez. Une silhouette, cette silhouette.
Istanbul.
Damas.
Jérusalem.
Et peu à peu tu es là.
C'est simple. Tout est toujours impossible. Le texte évoque pour moi désormais ces disputes familiales où l'on se dit que l'autre n'est jamais d'accord sur rien, qu'il ou elle ne veut jamais rien faire, que c'est vraiment impossible, que l'autre est impossible. Et l'autre pense aussi que l'autre est impossible et les mots tournent dans leur commentaire définitivement clos.
Il faudrait pourtant bien que ce soit possible.
Il n'y a plus d'Orient, gnan gnan.




2005 2004 2003 2002 2001 2000




Mais prenons garde à la nuit. Et bien que pouvoir tromper semble être un indice de subtilité ou de puissance, vouloir tromper témoigne sans aucun doute ou de malice ou de faiblesse. Refaire la route d'une promenade désormais impossible. Les nuages racontent ton sourire. Et peu à peu tu es là. Une campagne esseulée.