Diégèse  lundi 6 mars 2006


ce travail est commencé depuis 2257 jours et son auteur est en vie depuis 16710 jours (2 x 3 x 5 x 557 jours)
2006

ce qui représente 13,5069% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Le texte ne veut pas, ne veut surtout pas se coller au monde, imiter le monde, rendre compte du monde mot à mot, image à image. Mais alors, que fait le texte ? Quelle est son utilité ? Quelle est son utilité sociale ? Quelle est son utilité politique ? Quelle est l'utilité politique d'un texte qui ne distrait pas, qui ne dénonce pas et qui même, le plus souvent, ne plaît pas ? C'est une mauvaise question. Quelle serait l'utilité de l'utilité du texte ? Il n'y a aucune utilité à ce que le texte soit utile. Il n'y a aucune utilité à ce que le texte dépasse le simple cadre de l'assertion ontologique. Le texte est inutile, il est. B. Nous ne faisons rien, comme le monde ne fait rien et nous ne sommes pas les premiers à ne rien faire et nous ne sommes pas les derniers à ne rien faire et nous sommes à ne rien faire, nous sommes là.

Ils se taisent maintenant. A., B., et C. se taisent, assis chacun à côté de l'autre, de gauche à droite, si on les regarde de face, de gauche à droite, A. puis B., puis C. On aurait pu penser que C. serait au milieu, seule femme entre deux hommes. Mais elle est à droite, elle est donc à la gauche de B. et A. est à la droite de B.

A. B. et C., quand on les regarde de face sont dans l'ordre alphabétique. 


Ils se taisent maintenant.


La lumière devient ensuite un faisceau lumineux et le faisceau retrouve, cherche puis retrouve les veines du cou de A. On ne voit plus que les veines du cou, de son cou. Puis le faisceau continue vers la droite, va vers B. qui tourne la tête vers la gauche, qui tourne la tête, entièrement, vers l'arrière, et le faisceau trouve la nuque de B. Le faisceau continue ensuite vers la droite et rencontre les genoux de C. et remonte, effleure sa poitrine puis fixe son visage.


Puis c'est le noir, le noir complet.
Extinction progressive, extinction programmée des personnages qui, une fois éteints, peuvent faire tout autre chose, peuvent s'en aller, être remplacés par d'autres ou n'être replacés par personne et même par rien, le texte pouvant tout aussi bien continuer sans aucun personnage, le texte pouvant tout aussi bien continuer sans mots, avec seulement des pages électroniques noires. Avant le texte : rien. Le texte : rien. Après le texte, rien. Et cela dure. Et cela reprend. Et cela peut reprendre sur les veines du cou de A, qui s'appellerait alors définitivement Stanislas, qui s'appellerait vraiment Stanislas, que l'on reconnaîtrait comme Stanislas et puis viendrait B. de dos, de dos sur la gauche de la scène et de dos voudrait dire, de dos, à l'évidence voudrait signifier que l'on voit ses fesses.
 




2005 2004 2003 2002 2001 2000




Il faut alors le regard pour dévoiler le paysage. Cesser de rendre compte du monde. La pluie battante. Je cherche tes indices sur de plus petits canaux. La force de te faire exister. Interrompre le récit de ta lâcheté.