Diégèse  jeudi 16 mars 2006


ce travail est commencé depuis 2267 jours et son auteur est en vie depuis 16720 jours (24 x 5 x 11 x 19 jours)
2006

ce qui représente 13,5586% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Je dois arriver, je dois bien arriver aujourd'hui, à définir quelles sont les prestations d'amitié de Mathieu, quelques une des prestations, quelques unes seulement. Je ne sais pas si les prestations de Mathieu changent avec les saisons et si l'on peut le louer comme ami d'été, ami d'hiver ou de printemps, ami de travail ou ami de vacances, ami de vacances à la montagne ou ami de vacances à la mer. Je ne sais pas, en fait, en fait je ne sais pas quel est le degré de plasticité amicale de Mathieu mais je peux supposer, mais je dois supposer, je n'ai pas le choix, que c'est un très grand professionnel, un très grand professionnel de l'amitié. (Mathieu) Je propose des contrats de courte durée ou de durée moyenne. Je propose des contrats extensifs ou des contrats intensifs. Les contrats intensifs sont de courte durée, ce sont, par exemple, des contrats de vacances et ce sont des vacances à la mer ou à la montagne, à la campagne ou à l'étranger. Il existe des clauses particulières du contrat qui définissent ce qui est pris en charge par le client et ce qui constitue mes frais professionnels, mes frais professionnels réels. Ensuite, tout dépend de ce qui se passe. C'est de l'ordre du secret professionnel. Il peut s'agir tout aussi bien de susciter des surgissements insensés au cœur de la ville que de proposer une longue promenade calme pour apaiser une journée mouvante. Après, c'est professionnel. Professionnel... Le terme est ambigu, et ce sont les films et les livres, les films et les livres policiers qui ont donné toute son ambiguïté au terme "professionnel" et qui ont accolé, systématiquement, le mot "tueur" à "professionnel". 
Au jeu des titres, au jeu des faux titres, c'est "l'Ami professionnel" qui vient, qui vient maintenant. Mais ce n'est pas un titre qui fait peur, un titre qui fixerait définitivement le texte et qu'il l'empêcherait de se déployer. C'est à l'évidence un faux titre comme on dit un faux nez.. Car Mathieu n'est pas seul en jeu et je ne sais toujours pas si Gustav et Noëmie sont des clients ou des collègues, ou encore rien de tout cela.
 







2005 2004 2003 2002 2001 2000




La violence. Pour ce qui est des impulsions naturelles, il m'est déjà arrivé souvent dans le passé de juger qu'elles m'avaient poussé vers le mauvais parti. Rêver de batailles. Une longue promenade calme qui apaise la journée bruissante et mouvante. Les surgissements insensés au coeur de la ville. Des mots crachés qui envahissent l'imagination politique.