Diégèse  mardi 21 mars 2006


ce travail est commencé depuis 2272 jours et son auteur est en vie depuis 16725 jours (3 x 52 x 223 jours)
2006

ce qui représente 13,5845% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Comédien, Gustav, le comédien. Je crains de ne répéter que de grandes banalités sur le fait d'être comédien, sur le fait de jouer la comédie... Je ne sais quant à moi rien du fait de jouer la comédie, de travailler sa mémoire, de jouer avec sa mémoire, de classer les phrases dans les placards, dans les tiroirs et aller puiser, sur scène, dans ces placards, dans ces tiroirs.
Je vais donc laisser parler Gustav, puisque moi, j'écris, je ne parle pas.
(Gustav) Et je joue, et je joue, et je joue. Jouer est comme un sommeil, est comme le sommeil. Après la scène, je me rappelle des bribes de la scène comme je ne me rappelle que des bribes des rêves, que des bribes de mes rêves. Et je joue et la vie passe entre ce sommeil et ce sommeil, entre le sommeil de la nuit et le sommeil du jeu de la scène, et quand je me tais, c'est la vie qui se tait, c'est le jeu de la vie qui se tait. Je suis comédien et je ne suis jamais certain de ces choses qui existent hors de moi. Je ne suis jamais sûr de rien. Gustav joue. On l'entend. Je trouve qu'on l'entend. Il semble désormais assez évident que nous n'aurons accès qu'à Gustav comédien, qu'au jeu de comédien de Gustav et que Gustav jouant autre chose que la comédie n'a pas de sens, n'a aucun sens. Gustav, comme personnage est comédien, il n'est donc que comédien, uniquement comédien. Si cela devenait une pièce, il faudrait trouver un comédien qui puisse jouer le rôle de Gustav et faudrait-il trouver Gustav pour qu'il joue son propre rôle ?
 









2005 2004 2003 2002 2001 2000




La loi ne rachète pas. On n'apprend rien. Des choses qui existent hors de moi. Donc, zazou. Et quand la vie se tait, dire que la vie se tait. La vie passe entre ce sommeil et ce sommeil. Tu viens cœur fermé.