Diégèse  jeudi 23 mars 2006


ce travail est commencé depuis 2274 jours et son auteur est en vie depuis 16727 jours (43 x 389 jours)
2006

ce qui représente 13,5948% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Les outils me conduisent vers le souvenir, le souvenir à peine voilé, à peine dissimulé, de la crainte de la mort, donc de la crainte du souvenir car ces deux craintes sont liées, irrémédiablement liées et ce qui fait craindre la mort, c'est la crainte de se souvenir de la vie au moment de la mort. Est-ce qu'un comédien, au moment de la mort, au moment où il doit mourir, un vieux comédien, un comédien qui a beaucoup joué, se souvient de toutes les morts qu'il a jouées et que sa mort, sa propre mort est alors sans souvenir, est alors sans crainte ? Est-ce que jouer la comédie, c'est combattre, ou sinon combattre cacher, mais dissimuler la crainte de la mort ? (Gustav) Mais je ne vais pas répéter sans fin, sans que cela finisse, sans que cela finisse jamais, les phrases de Descartes, les Méditations métaphysiques découpées, éparpillées au hasard d'une scène, de cette scène ou d'une autre scène. Je ne vais pas répéter et je peux tout aussi bien jouer sans répéter, sans jamais répéter. Ce que je joue, ce que je vais jouer là, je ne le répète pas, je ne le répéterai pas.

Mathieu : ça commence.
Puisque les outils annonçaient la mort, la crainte de la mort, sa crainte, le texte s'impose un commencement, une naissance, mais quand Mathieu dit que ça commence, on ne sait pas, je ne sais pas s'il dit que ça commence parce que ça va commencer ou s'il dit que ça commence parce que ça va recommencer. Entre les deux propositions, il y a un ton, il y a une intonation, et le mot intonation est l'un des mots les plus élégants de la langue française. Entre les deux propositions, il y a l'intimité.
 





2005 2004 2003 2002 2001 2000




L'effroi du monde. Car je le demande, d'où l'effet pourrait tirer sa réalité sinon de la cause ? Donc, docile. Le souvenir et le souvenir de la mer. Une émotion brute qui donnait ton image aux souvenirs. Je suis à Venise, il paraît que l'on y oublie.