Diégèse  mercredi 15 novembre 2006


ce travail est commencé depuis 2511 jours (34 x 31 jours) et son auteur est en vie depuis 16964 jours (22 x 4241 jours)
2006

ce qui représente 14,8019% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Il faudrait que les personnages accélèrent. Il faudrait mais il ne faudrait pas. Au nom de quelque chose, il faudrait que les personnages accélèrent. Je ne peux obéir. Au nom de rien, ils n'accéléreront pas, juste parce que l'on n'accélère pas le temps. Mathieu : je ne suis pas un et entier et je ne suis pas une chose. Je ne peux pas me résoudre à cela. Je ne peux me penser, une seconde, un instant, comme une chose. Je n'ai aucun goût pour la réification.

Noëmie : nous ne sommes pas obligés de suivre Descartes. Il est convenu seulement que nous le citons et que le plus souvent, c'est moi qui le cite, comme une didascalie philosophique et poétique qui scande les personnages.


Gustav : je t'ai déjà dit que tu n'es pas payée pour faire notre critique.


Noëmie : je suis payée comment ?
Et pourtant les personnages accélèrent. Ils n'ont pas le temps et ils prennent leur temps, ce qui est une façon d'accélérer, ce qui est déjà, forcément, une accélération.
 





2005 2004 2003 2002 2001 2000




Mais moi je suis inquiet. La triade, conscience, inconscient, temps qui passe. Destin. Apaisé seulement par la nuit de la mer, apaisée, joueuse, affriolante. De cela et de ceci qui ne dit plus rien. Je rentre dans le froid car c'est encore le froid.