Diégèse  dimanche 19 novembre 2006



ce travail est commencé depuis 2515 jours (5 x 503 jours) et son auteur est en vie depuis 16968 jours (23 x 3 x 7 x 101 jours)
2006

ce qui représente 14,8220% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain

Séquence 46

avant le texte
le texte après le texte
Il fait beau. Il va faire beau pour les personnages. Je vais reprendre le décor, le décor avec le canapé et les écrans. Je vais reprendre le commentaire, le commentaire romanesque, le roman. Noëmie va se taire et apprendre les leçons d'anatomie que veut bien lui donner Descartes, René Descartes. Elle notera au passage, juste au passage, combien Descartes est précis, combien il s'arroge la précision quand il écrit que la douleur est ressentie comme étant dans le pied. Je pourrais écrire que l'image est ressentie comme étant une représentation de la réalité. Sur la scène, le canapé, placé tel que si les personnages étaient assis sur le canapé, ils seraient face à la scène, ils seraient face aux spectateurs, s'il y avait des spectateurs dans la salle, s'il y avait du public.

Sur la scène, le canapé, le même canapé qu'au début, si le texte avait un début, si c'était un texte.


Sur la scène, un canapé, placé tel que les personnages assis sur ce canapé sont face au public.


C'est le début.
Je sais tout à coup pourquoi je n'aime pas, pourquoi je ne supporte plus le terme "public" au sens de "public de théâtre" ou plus largement "public de cinéma". Dans chaque théâtre, dans chaque cinéma, comme dans chaque restaurant, dans chaque café, il y a une porte, il y a bien une porte sur laquelle est écrit "privé". Symboliquement, sémantiquement, le terme "public" s'oppose à ce terme "privé". Ainsi, la part du "public" est ce qui est laissée, ce qui est retranchée de la part du "privé", ce dont justement le spectateur est "privé". Mais dans les restaurants, on parle de clients et non pas de public. Et dans les cabinets médicaux, on parle de patients et non pas de public.
 




2005 2004 2003 2002 2001 2000




Penser que l'on peut prendre des vacances de notre colère. Une douleur sentie comme existant dans le pied. Aucun signe. Je ne sais rien des vœux. Et le temps abandonne l'hiver, encore lourd. Danseur de douleur, danseur de tristesse.