Diégèse  samedi 25 novembre 2006



ce travail est commencé depuis 2521 jours et son auteur est en vie depuis 16974 jours (2 x 32 x 23 x 41 jours)
2006

ce qui représente 14,8521% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
C'est déjà la fin d'une semaine de vacances pour les personnages, comme pour l'auteur qui a pu croire, une semaine, pendant une semaine, qu'il pourrait recommencer le texte, commencer le texte et qu'il découvrirait des personnages comme on découvre que l'on est amoureux. Et puis il n'en est rien, les personnages vont revenir et ce sont les mêmes personnages et ce seront les mêmes personnages et seule la rédaction d'un texte pourrait leur donner un peu de nouveauté. Et puis ce sont trois personnes, trois personnes qui ne sont pas encore des personnages, trois personnes dont on croit que ce sont des personnages, que ce seront des personnages, ce sont trois personnes qui entrent sur la scène, qui parviennent jusqu'à la scène et qui se placent devant le canapé.
 

Et puis une des trois personnes, dont vous ne savez pas si c'est un homme ou une femme, dont je ne décide pas si c'est un homme ou une femme, une des trois personnes se place derrière le canapé. 

Et puis les deux autres prennent place, chacune, à chaque bout, à chaque extrémité du canapé.


Et puis, les deux personnes placées à chaque bout du canapé, guidées par la personne qui est derrière le canapé, se saisissent du canapé et l'emportent au delà de notre regard, dans ce qu'il faut bien appeler les coulisses et qui ne sera cependant ici que l'espace indéfini de la disparition du texte.
Je suis assez content de la façon dont je peux terminer cette séquence, la quarante-septième, dont je peux la terminer dans une cohérence critique qui ferait dire que le canapé est aussi un personnage alors que des personnes, que l'apparition de personnes sur scène ou dans le texte, ne signifie pas pour autant que ce sont des personnages.
 





2005 2004 2003 2002 2001 2000




Cela donne envie de partir. Ce mouvement affecte l'esprit du sentiment de soif. Aide. Je parcours toutes les rues. Je garde de nos promenades un peu d'essoufflement. Tu ne sauras jamais cela.