Diégèse  jeudi 5 octobre 2006


ce travail est commencé depuis 2470 jours et son auteur est en vie depuis 16923 jours (3 x 5641 jours)
2006

ce qui représente 14,5955% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Il faut naviguer entre l'absence de mémoire, l'absence de souvenir de l'écriture de la veille, de ce qu'on fait les personnages, de ce qu'ils ont dit et les nouvelles du jour, les nouvelles écrites, les nouvelles parlées. Il faut naviguer entre le souvenir de l'éclipse, le souvenir des éclipses. Il faut naviguer entre tout cela, et puis écrire, entre tout cela écrire, avec par dessus l'épaule les grands anciens, les grands anciens bienveillants qui pourraient regarder. Gustav : je pourrais me taire longtemps.

Mathieu : je ne pourrai pas me taire longtemps.


Noëmie : Gustav utilise le conditionnel et Mathieu utilise le futur. Cela devrait être l'inverse car c'est Mathieu qui pourrait se taire longtemps.


Gustav : mais c'est moi qui ai parlé le premier.
Les personnages se taisent dans le noir puis ne se taisent plus et cela montre bien et cela montre très clairement que c'est le noir qui est important et que ce n'est pas la parole mais bien l'obscurité dans laquelle le texte a plongé les personnages. Et c'est fatigant mais cela est aussi amusant.
 








2005 2004 2003 2002 2001 2000




Mais regardez votre incurie, votre incurie politique. Je n'estimais pas devoir beaucoup me fier aux enseignements de la nature. Imparfait. Lui enlever plus vite des voiles imaginaires. Je rêve de promenades avec toi. Le point fixe de ma vie.