Diégèse  lundi 16 octobre 2006


ce travail est commencé depuis 2481 jours et son auteur est en vie depuis 16934 jours (2 x 8467 jours)
2006

ce qui représente 14,6510% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Le jour est encore pressé, encore un peu pressé, encore faussement pressé car il y a le plaisir du retard, le plaisir de se mettre en retard, pour être pressé et échapper ainsi à la réflexion, et échapper ainsi à la méditation, à ce qui pourrait être une méditation qui donnerait un texte, qui donnerait un texte pensé, posé, qui ne serait pas pressé. Mais ce n'est pas comme cela. Mathieu : je suis sur un autre écran, sur un écran de poche, avec un étui en cuir, un étui fabriqué par une grande marque et c'est l'étui qui est offert en cadeau. L'écran s'achète n'importe où, avec la mémoire qui propose plusieurs fonctionnalités.

Noëmie : je surveille les écrans. Je surveille pour qu'il ne se passe rien. Il ne se passe rien.


Gustav : tu surveilles à distance.


Noëmie : télésurveillance.
C'est un autre style. Cette séquence est d'un autre style, d'une autre facture. elle éloigne un peu les personnages qui n'ont plus aucune interaction, qui ne se disent plus rien, mais qui s'écoutent, qui ne se parlent plus, mais qui s'écoutent. Quand les personnages ne se parlent plus, ils fonctionnent. Ils fonctionnent à distance, dans la juste distance, dans leur juste distance.
 





2005 2004 2003 2002 2001 2000




Le temps que ça prend d'essayer la machine. Par l'entremise de quelque créature. Sorrow. Juste, toucher le nom du rêve. Je vois à peine le ciel en ce moment. Tes yeux sont passés de la fuite à la colère.