Diégèse  vendredi 20 octobre 2006


ce travail est commencé depuis 2485 jours et son auteur est en vie depuis 16938 jours (2 x 32 x 941 jours)
2006

ce qui représente 14,6712% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Avant le texte, il n'y a pas de texte, puisque c'est avant, puisque c'est avant le texte, c'est au dehors du texte. Les personnages se souviennent de leur texte, de leur texte comme texte, comme étant un texte qu'il s'agit de se rappeler pour le jouer, pour pouvoir le jouer. Est-ce qu'ils peuvent aussi se rappeler ce qui a été écrit comme commentaire du texte, de leur texte. Est-ce qu'ils peuvent avoir accès à l'auteur ? Noëmie : moi j'étais une voix, j'étais seulement une voix et je suis restée une voix pendant plusieurs jours. J'ai oublié le jour où je suis apparue, le jour où j'ai pris corps, avec un dos, avec des fesses, avec des fesses aussi auxquelles, par contrat, j'avais droit. J'avais le droit, j'avais bien le droit de venir sur cette scène avec mes fesses.

Gustav : avec mes fesses aussi.


Noëmie : on ne voyait que ça.
Faut-il vraiment laisser les personnages répondre aux fantasmes du lecteur, qui voudrait que la circulation du désir soit sexuelle, soit sexualisée, soit génitalisée ? Faut-il vraiment obéir au fantasme de la fiction qui voudrait qu'elle soit résumée dans un morceau de corps, contenue dans un morceau de corps ? Les fesses.
Les personnages n'ont pas utilisé le mot "cul" mais le mot "fesses" qui contient encore de l'enfance, qui est polysémique, qui s'étend à d'autres mots, à d'autres situations que la situation sexuelle. Les personnages parlent de fesses et n'ont pas accès à l'auteur.
 







2005 2004 2003 2002 2001 2000




Une suite d'événements symboliques qui apportent le chaos. Tous les enseignements de la nature comportent de la vérité. Encore. Je me suis installé douillettement dans ton absence. La petite musique des jours est cassée. Je voudrais mettre des vêtements confortables.