Diégèse  mardi 24 octobre 2006


ce travail est commencé depuis 2489 jours et son auteur est en vie depuis 16942 jours (2 x 43 x 197 jours)
2006

ce qui représente 14,6913% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Il est donc possible de continuer dans le fil politique, dans le droit fil politique, de la politique et d'aborder doucement la question des médias, la question du pouvoir des médias, du pouvoir médiatique. Mais plus personne n'écoute vraiment quand on parle du pouvoir des médias, du pouvoir médiatique des médias, du pouvoir médiatisé des médias. Plus personne n'écoute. C'est trop médiatisé. Les médias n'ont peut-être plus de pouvoir. Gustav : il n'y a plus d'affrontements. Il n'y a plus vraiment d'affrontements. Tu m'as raconté qu'en 1981, un candidat, le candidat qui serait ensuite élu, évoquant un débat télévisé, avait parlé de corps à corps. Il n'y a plus de corps à corps en politique. Il n'y a plus que le fantasme.

Mathieu : tu supposes donc que j'ai pu te raconter cela en dehors du texte, en dehors de l'espace de ce texte. Tu supposes donc que je puisse te dire des choses, que j'ai pu te dire des choses, des mots, des phrases, en dehors de cet espace donné, cet espace qui dure depuis des semaines. Et il serait encore plus vaste.

Gustav : je fais de la politique.

Est-ce que les personnages peuvent échanger en dehors de ce qui est relaté ? Ce serait penser, ce serait laisser croire que le texte n'est qu'un extrait d'un autre texte possible, d'autres textes possibles, alors qu'il est un et un seul texte.
 





2005 2004 2003 2002 2001 2000




L'abus de pouvoir médiatique. Des sentiments confus de faim et de soif. Sans nous. C'est toujours la sueur des autres qui use les choses. L'émoussé de sens qui n'en peuvent plus. La sagesse voudrait que l'on n'en parle plus.