Diégèse  vendredi premier septembre 2006


ce travail est commencé depuis 2436 jours et son auteur est en vie depuis 16889 jours (16889 = nombre premier)
2006

ce qui représente 14,4236% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Je ne sais pas ce que le vent lave et c'est encore une métaphore. Que le texte soit marqué par le temps, que ce texte soit marqué par le temps n'est pas étonnant, ne m'étonne pas, ne m'étonne pas vraiment et ne m'étonne vraiment pas. Un texte qui se déploie sur la partition des dates est nécessairement marqué par le temps. Cela s'offre à mon entendement avec évidence et quand bien même je rêverais, tout ce qui s'offre à mon entendement avec évidence est entièrement vrai. Mathieu : tout peut toujours commencer demain et pourtant le texte n'est que le texte d'aujourd'hui et nous sommes les personnages d'aujourd'hui qui ne parlent, qui ne bougent, qui n'existent qu'aujourd'hui. Nous sommes les personnages mortels d'aujourd'hui. 

Gustav : c'est un conte pour enfants. Tu peux encore imaginer que nous sommes les personnages d'un conte pour enfants.


Mathieu : je ne sais pas. Je voudrais prendre de la distance. Je voudrais donner de la distance. Je voudrais parfois être un personnage qui rêve.
Il faudra, il faudrait que je, que moi l'auteur, l'auteur supposé, retourne vers les personnages. Il est assez sensible qu'ils sont abandonnés, qu'ils se sentent abandonnés, qu'ils sont dans la vacuité dans laquelle sont des personnages sans auteur.
Mais le titre est déjà pris, déjà utilisé. Cependant, ils sont abandonnés. Ils n'ont pas d'auteur. Rien ne dit cependant qu'ils soient en quête d'auteur.
 







2005 2004 2003 2002 2001 2000




Aborder l'humanité par l'individu. ... quand bien même je rêverais, tout ce qui s'offre à mon entendement avec évidence est entièrement vrai. C'est un conte pour enfants. Tu peux encore m'imaginer. Donner de la distance à la vie. Laisser le vent laver ses occupations.